J’ai testé l’acuponcture en Chine

Oui, je sais, j’avais dit que je vous abreuverai de mon éblouissement khmer et depuis dix jours : rien. Pire, me revoilà, et je vous prends à contre-pied avec une histoire d’acuponcture qui vous intéresse peut-être à peu près autant que l’an quarante. Que voulez-vous : à défaut de prendre de bonnes résolutions de début d’année, je me suis laissée porter au fil de l’eau et ce fil m’amène depuis plusieurs jours à de petits inconforts gastriques sans gravité mais qui me grignotent progressivement la tête. Vous voilà donc comme moi victimes de la susbtitution de mon inspiration par de vulgaires problèmes gastro-intestinaux. Si ça continue je vais prendre de bonnes résolutions pour le nouvel an chinois parce qu’il me semble que je file un mauvais coton… Bref, après avoir ronchonné plusieurs jours, procrastiné comme rarement sur le tri des photos et éludé jusqu’à l’idée de commencer à rédiger un billet, une idée m’a tout de même traversée l’esprit : et si j’allais faire une petite séance d’acuponcture pour me régler tout ça et me libérer pour d’autres tâches plus créatives ?

Mais pourquoi l’acuponcture me direz-vous ? D’abord parce qu’en dehors d’un vague embarras gastrique semblable à celui qu’on doit éprouver après s’être aventuré à manger du kloug, nul symptôme suffisamment sérieux ne me poussait dans les bras d’un médecin allopathico-expatrié tarifé à prix d’or. Ensuite parce que si j’avais trouvé cette technique digne de moi à Paris, elle devait l’être d’autant plus à Shanghai. Me voilà donc à solliciter une bonne adresse, qu’on me donne, et en route pour ma séance d’acuponcture 100% made in China. Partante et déjà conquise donc puisque j’avais déjà obtenu de beaux résultats avec cette technique sur différents symptômes résistants.

Deux séances ont par exemple suffit à régler durablement – pour ne pas dire définitivement – une rhinite allergique que je traînais depuis vingt ans et qui faisait de moi un pilier irremplaçable des ventes de mouchoirs en papier. Vous voyez les fumeurs fébriles le dimanche soir face à leur paquet presque vide ? Moi c’était la pénurie de kleenex qui me faisait monter des bouffées d’angoisse… Autre exemple : un jour où je flirtais dangereusement avec le craquage physico-nerveux, une petite séance a suffi à me faire repartir travailler avec entrain là où mon généraliste n’aurait pu que m’inciter à m’arrêter aux frais du contribuable. Enfin, miracle des miracles, une (seule) autre séance a supprimé comme par magie les nausées de ma seconde grossesse (quand j’ai subi longuement et stoïquement celles de la première faute de solution). Je ne suis pas sûre de bien comprendre comment ça fonctionne, mais comme le disait justement l’illustre Deng Xiaoping : « qu’importe qu’un chat soit noir ou gris tant qu’il attrape les souris ». Bref, l’acuponcture j’étais convaincue depuis belle lurette, alors vous imaginez : en Chine ça devait au moins être dix fois plus efficace.

Au moins. Parce que vous mettez bout à bout le savoir ancestral, les traditions d’enseignement, les traités originaux, les forces telluriques sub-yangtzique et tout le qi chinois réunis, pour moi c’était sûr : ils allaient me régler mon problème en deux coups de cuiller à pot. Alors autant vendre la mèche tout de suite : pour l’instant la victoire n’est pas si nette. Et je m’interroge sur le pourquoi de cette résistance des symptômes. Est-ce parce qu’au lieu d’un cabinet ésotérico-poétique ici la médecine chinoise se pratique dans des locaux tout ce qu’il y a de plus cliniquement neutre qui me rendent moins réceptive ? Est-ce parce qu’au lieu d’un premier entretien d’une heure à explorer ma couleur préférée de petites culotte, mon appétence pour le chou de Bruxelles, la viscosité de mes règles, ma frilosité, la température qui soulage mes plaque d’eczéma ou ma préférence pour les chaussettes en laine vierge non grattante,  le Dr Yang ne m’a posé que trois questions parfaitement prosaïques et pris mon pouls avant de se décider à me planter quelques aiguilles ? Est-ce parce qu’il préfère y aller par étapes pour ne pas brusquer l’étrangère que je suis ? Ou tout simplement parce qu’il n’a strictement aucune idée de ce que c’est que kloug ?

Toujours est-il que jusqu’ici l’effet actif des aiguilles s’est surtout fait sentir dans le fait que j’étais totalement KO les 24h suivantes. Et deux fois 24h de KO, c’est beaucoup pour une seule semaine. D’autant que les jours suivants l’honnêteté scientifique m’oblige à avouer je n’ai pas noté de bouleversante amélioration sur les symptômes de départ. Un léger mieux, mais rien de spectaculaire. Au lieu d’honorer mon troisième rendez-vous de plantage d’aiguilles prévu ce matin, me voilà donc narrant mes palpitantes aventures chinoises en attendant de digérer mon premier semi-échec en acuponcture.

A moins qu’avoir finalement retrouvé le chemin de mon clavier soit le signe d’une éclatante réussite thérapeutique ? Je laisse votre sagacité trancher…

 

Source photo : site de Juliette Aiyana, acuponctrice.

Acupuncture needles,ginseng root and herbal pills

Acupuncture needles,ginseng root and herbal pills

17 Comments

    • Ah ben c’est malin de me dire ça maintenant 😉 Tant pis, je n’avais pas envie de prendre le risque d’une troisième journée de KO…

  1. La seule fois où j’ai testé l’acupuncture, c’est parce que ma mère m’y a traîné pour l’accompagner (je la soupçonne de m’y avoir traîné de force histoire de ne pas être la seule à se faire planter des aiguilles). Je n’étais pas malade, je n’ai eu donc droit qu’à quelques petites aiguilles, pour, il me semble, booster d’une manière générale ma santé (c’était à HK, le docteur parlait avec un fort accent cantonais, je n’ai rien compris à ce qu’il disait). Je n’ai donc vu aucune différence, et n’ai donc pas d’avis sur l’efficacité de l’acupuncture.

    Par contre, je peux te proposer tout un tas de « recettes de grand-mères chinoises ». En cas d’estomac barbouillé, je conseille le 萝卜排骨汤, soit la soupe de radis blanc et côtes de porc, qui se trouve dans à peu près n’importe quel restaurant chinois.
    En cas d’indigestion/intoxication alimentaire, une infusion de sucre roux et gingembre peut, parait-il, aider. Je ne l’ai jamais essayé dans ces conditions là, plutôt pour les rhumes, et mes amies pour les crampes menstruelles, mais dans tous les cas, c’est bon, donc un chouette réconfort.
    Tu peux aussi ajouter des jujubes séchées dans l’infusion. Les jujubes séchées, c’est toujours une bonne idée, et c’est sensé aider la digestion.
    Et puis quand je suis trop malade pour avaler quoi que ce soit, je me contente de bouillie de riz (appelé en général congee sur les menus en anglais par ici). Je n’ai jamais rencontré de situation où je ne pouvais pas en avaler, même après avoir avalé du kloug périmé. Ça permet de garder quelque chose dans l’estomac en attendant que celui-ci soit capable de supporter autre chose de plus consistant.

    Bon, je me suis un peu laissé emporter, mais parmi tout cela, peut-être trouvera tu quelque chose qui fera un complément acceptable à tes séances d’acupuncture.

    • Si j’avais su c’est toi que je serai venue consulter, t’as l’air d’avoir des tas de bonnes idées de grand-mère chinoises pour mes petits malheurs 😉

  2. Bravo Tara
    Je suis heureux que tu te sois adressé à de vrais médecins qui soignent et guérissent définitivement sans entretenir la maladie !

  3. Depuis quelques temps, je m’intéresse aux huiles essentielles mais en trouves-tu là-bas ?
    Il y en a surement qui pourraient te faire du bien…
    Une question : je ne doute pas de tes connaissances en langue chinoise (ou bien cela signifierait que je n’ai pas lu certains précédents billets) mais comment as-tu trouvé les bons mots pour définir ces je-ne-sais-quoi d’infiniment précis et difficiles à expliquer que sont les symptômes. Et puis comment peux-tu être sure que c’est le « kloug » et pas l’eau ou l’air ???
    Bonne remise.
    Bises.

    • J’ai un secret infaillible pour me faire comprendre : c’était un Dr chinois qui parlait français 😉 Et pour ce qui est de kloug, aucune certitude, juste une sensation, c’était peut-être bien l’eau ou l’air… en tout cas ça commence à aller mieux (effet des aiguilles ou juste que mon corps s’est remis de lui-même ? Mystère…).

  4. Un petit jeune pour faire passer tout ça ?!? Bon je sors… Mais en fait je ne rigole pas… En supprimant pour un temps quelques aliments peut être que ça ira mieux ? Après nos vacances de Noël, je ne pouvais plus avaler de viande (digestion horrible… Mon dieu je parle de digestion). J’ai tranche et dit au revoir, pour un temps, à mes amis saignants… Et ça va plutôt bien ! (bon je pense que tu as déjà testé de faire ça mais je voulais t’aider ;))

    • Très bien le jeûne, déjà pratiqué en un autre temps d’ailleurs (au temps où il ne fallait pas que je m’occupe de ma marmaille dès 6h du matin). J’avais essayé l’abstention de viande, mais c’était pas ça non plus… L’essentiel c’est que ça aille mieux, et a priori là c’est mieux 😉

  5. Ce qui est bien, c’est que je laisse traîner tes post…et après je lis tout en une matinée avec mon thé/café/chocolat… C’est un peu mon kiff suprême genre  » Me dérange pas, je suis avec Tara ». Et après lecture, je raconte ta vie donc, à mon entourage comme si nous venions de passer une heure au téléphone et que la terre entière connaissais ton existence. Voilà, c’est comme ça.

    Cette longue introduction, pour te dire que j’avais testé l’acuponcture par chez moi pour une histoire de sciatique au début de ma grossesse, sur le conseil de la sage-femme. En sortant, je n’ai rien senti de différent et m’être retrouvée en petit culotte avec des aiguilles que je ne sentais pas pendant 20minutes me laissait perplexe. Les jours suivants, rien. J’ai annulé mon second RDV en pensant que cela ne pouvait pas fonctionner car M. le docteur n’était pas chinois et donc ne pouvait pas, par conséquent, maîtriser cette médecine. Mais là, toutes mes certitudes tombent en lambeaux! On peut être médecin chinois et ne pas être un magicien de l’acuponcture?!
    =)

    • Que quelqu’un puisse considérer la lecture de mes billets comme le kiff suprême pour accompagner son thé me remplit de joie 😉
      Et pour ce qui est des certitudes, je dois dire que mon médecin parisien pas du tout chinois est une vraie magicienne, et que mon médecin shanghaien très très chinois l’est effectivement un peu moins (mais avec quelques jours de recul, je dois dire que l’amélioration des symptômes s’est poursuivie les jours suivants et que je suis donc aujourd’hui moins dubitative qu’à l’écriture de ce billet…).
      Bon thé et bon kiff 😉

  6. Wow, je ne connais pas le prix de la consultation en Chine mais en France ça fait mal, sauf si pratiqué par un généraliste lui même. Tu as peut-être bien fait de te rabattre sur le clavier, car vraisemblablement cela te fait plus de bien. J’ai encore bien rigolé avec ton poste! Perso moi aussi j’ai eu ma petite expérience avec l’acuponcture, quand rien ne fonctionne on s’accroche à n’importe quoi. Dans mes souvenirs lointains, elle avait réussi à me calmer les migraines (ou est-ce l’arrêt de la pilule???). Vue le résultat positif, j’ai ensuite récidivé en complément d’un traitement hormonal… et là, la cata! Rien d’impressionnant n’en est ressorti (au delà des quelques centaines d’euros que j’ai versé pour des séances successives). Je reste assez sceptique, mais c’est vrai qu’avec la Chine cela suscite des attentes particulières… tu me diras comment fini ton histoire! 😉

    • Et bien écoute, au final ça va beaucoup mieux, je pense pour partie grâce à l’effet à moyen terme des séances (tout de même), et peut-être un peu au fait qu’à un moment certains symptômes s’estompent tous seuls… Mais en tout cas je n’échangera pas un baril de mon acu française contre trois barils d’acu locaux, ça c’est sûr ! D’autant qu’elle n’était pas chère vu son efficacité redoutable… 😉

  7. Ce sont des bonnes informations concernant l’acupuncture ! J’ai toujours voulu en savoir plus. Vous avez dit qu’une seule séance a supprimé les nausées de votre seconde grossesse. C’est incroyable ! Moi je souffre des nausées horribles parfois, donc j’aimerais bien essayer l’acupuncture.

    • Du coup, ça vaut vraiment la peine d’essayer avec quelqu’un qu’on vous aura recommandé. Au pire, vous risquez juste que ça ne marche pas 😉

Répondre à Sonia Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soyez bons en calcul et validez votre commentaire :