Expat année 4, prolongation.

Après une longue et très intense déconnexion d’internet et des médias cet été (on est d’accord, Voici et Gala ne sont pas des médias), me revoici à pied d’oeuvre à Shanghai pour le début de cette quatrième année chinoise. Et ça n’a l’air de rien, mais cette année s’annonce différente de la précédente. Déjà elle est supplémentaire puisque notre contrat de base était de trois ans. Ce qui implique aussi que plusieurs copines arrivées plus ou moins en même temps que moi (ou bien avant) sont reparties définitivement cet été (Sophie, Anne, Dodo, vous me manquez déjà). Fort heureusement tout le monde n’est pas parti, mais ça fiche quand même un coup dans les fondations de l’équilibre que je m’étais patiemment construit. Bref, intérieurement ça tangue un peu, comme si j’avais passé l’été sur un bateau et que je venais de débarquer à terre.

Je me suis retrouvée il y a quelques jours dans le taxi qui nous emmenait à l’aéroport de Roissy, dans un état émotionnel proche de l’Ohio qui n’était pas sans me rappeler celui qui précédait notre première arrivée à Shanghai. Excitée, triste, impatiente, déjà nostalgique, anxieuse (un peu), un maelström d’émotions résumé par Beauté Brune sur qui je peux toujours compter pour partager mon hypersensibilité : « tout ce mélange d’émotion ça me fait un stress ». Voilà, le mot était lâché, et il n’était pas faux. Avec à l’arrivée ici toujours cette impression très étonnante : celle de n’être jamais partis – comme si nos semaines de vacances françaises s’évanouissaient dans l’éther – et d’être parfaitement à notre place dans notre chez-nous chinois. Beauté Brune qui n’a pas été en retard d’une râlerie cet été sur le thème « moi j’étais déjà pas d’accord pour qu’on parte en Chine, alors une année de plus c’est vraiment pas juste ! » était tout sourire d’être de retour ici (même qu’il a dit qu’il était content, on aurait dû enregistrer ce moment de positivisme forcené pour la postérité, caramba ! encore raté…).

Me voici donc à l’orée de cette nouvelle année, délestée de bonnes copines avec qui je-vais-garder-contact-mais-c’est-pas-pareil, pas vraiment folle d’enthousiasme à l’idée de m’en faire des nouvelles (est-ce qu’elles vont être aussi sympa que les anciennes les nouvelles d’abord ?), bref dans les affres banales de l’expat de base qui oscille entre petit travail de deuil et nécessité de réinvestir de nouveaux liens pour aller de l’avant. Au rythme où j’effectue ce genre d’opérations je pense que je serai fin prête pour notre départ définitif de la Chine, il n’est donc pas encore temps de désespérer.

Bon, il y a en tout cas un truc qui est quasi prêt pour cette année qui s’annonce : notre planning de voyages pour les vacances. On est fin prêts jusqu’en mai à deux trois broutilles près, et j’ai déjà des idées pour l’année suivante si besoin. Je me frotte déjà les mains de ce que nous sommes en train de nous concocter, vous allez voir ce que vous allez voir, ça va encore mitrailler sec. Alors, prêts pour une nouvelle année ? Et bien c’est parti !

 

Photo : affiche du Cyrano de Bergerac présenté au Théâtre de la Porte Saint-Martin jusqu’en mai 2016.

16 Comments

    • Et ben dis donc, je me rends compte que ma réponse n’est pas passée. En l’occurrence je t’invitais à me donner des nouvelles de Kiel, et hop miracle, elles sont arrivées dans la foulée 😉 Bonne année allemande !

  1. Pour répondre à ta question : les nouvelles copines ne vont évidemment pas être aussi sympa que les anciennes. Faut pas rêver. 😉 Preuve en est : que fais-je quand j’ai 12 minutes devant moi à l’autre bout de la planète ? Je vais zieuter ton blog pour voir s’il n’y aurait pas du nouveau…. Un blog qui m’a sacrément aidé ces 3 dernières années. Alors voilà, merci pour tout, tout tout et beaucoup de bonheur pour cette 4ème année !!!

    • Merci Dodo 😉 Bon, évidemment je vais commencer ma dépression dès que j’aurais fini de te répondre (rapport au fait que les nouvelles copines seront moins sympa, bouhouhou) mais j’espère bien suivre tes aventures à HK quand tu y débarqueras, fait chauffer le clavier, on t’attend de pied ferme sur la toile ! Bises et plein de bonnes ondes pour cette nouvelle aventure. Yihuir jian !

      • Bah si vous voulez, on peut organiser une autre cérémonie officielle, disons vers janvier-février, histoire de couper l’année au milieu ? Mdr 🙂
        Aller, bon courage et « Tiens bon la barre et tiens bon le vent, Hisse et ho, Santiano … »
        Bisous de Paris-tout-gris-sous-la-pluie
        Marie

    • Merci Charly 😉 On est presque à la rentrée, là c’est vraiment reparti pour un tour… Et vous, toujours au bout du monde ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soyez bons en calcul et validez votre commentaire :