Un temple sur des roulettes

Ça faisait longtemps que les chinois ne m’avaient plus ébahie comme ça. Trois ans de Chine et quelques poussières ça vous aguerrit un peu contre la surprise. La mobylette qui transporte 40 fois son volume sur le porte bagage ? Déjà vu. Les inscriptions crypto-ésotériques en chinglish ? Déjà vu. L’enfant de deux ans debout entre les jambes de son parent sur le scooter ? Déjà vu. Les bébés en culottes fendues qui font pipi sur le trottoir, les restes de repas qui volent par la fenêtre pour atterrir à vos pieds, les brochettes de scorpions vivants prêts à frire, les ouvriers du bâtiments qui travaillent à minuit à la frontale, les foules qui se précipitent sur nous pour voir d’intéressants spécimens de laowai, déjà vu, déjà vu, déjà vu. Je le remarque encore, mais il faut vraiment qu’ils y mettent du leur pour que ça me surprenne.

Du coup les autorités de Shanghai ont décidé de mettre le paquet, certainement vexés de me voir moins écrire sur leur belle ville. Et – raison évidemment secondaire – parce que le Temple du Bouddha de Jade est un des plus visités de Shanghai et que l’exiguïté de la première cour présentait d’importants risques de bousculade en cas d’incendie. Du coup ils ont voulu faire d’une pierre deux coups, et puisque la cour était trop petite, qu’à cela ne tienne : ils l’ont agrandie. Pas en grignotant de l’espace sur la rue comme ils auraient éventuellement pu le faire, non. Ils ont déplacé le temple de 30 m vers l’arrière. La première fois que j’ai lu ça je me suis dit « ils vont tout détruire et tout reconstruire 30 m plus loin, ils sont fous ces chinois : c’est le plus vieux temple de la ville ». Mais pas du tout, ils tiennent à leur patrimoine et du coup quelqu’un a eu l’idée de simplement déplacer le temple, en entier, en un bloc. Un bâtiment de 2000 tonnes, avec d’immenses bouddhas à l’intérieur et des peintures inestimables.

Et vous savez quoi ? Ils ont réussi. Ils ont mis le temple sur des rails (autant dire sur des roulettes), et ils l’ont déplacé de 30 mètres en quinze jours (et quelques mois de préparation). Il suffisait d’y penser non ? Et cette prouesse technique ça donne ça :

 

Alors oui, je me dis encore un peu « ils sont fous ces chinois », mais chapeau bas : ils sont forts aussi ces chinois. Très forts.

 

Photo : Le bâtiment principal photographié depuis la première cour, avant le déplacement.

18 Comments

  1. Je vais citer une amie, quand je lui ai parlé de cela :
    « La classe. A chaque fois que tu te dis que quelque chose est impossible, les Chinois le font. »
    Je crois que ça résume bien mon impression aussi face à cela ^^

  2. Justement j’ai vu cela aussi hier sur le journal!! rien ne les arrête !! et c’est bien là leur force: ils n’ont peur de rien….. et contente qu’ils aient réussi à te remettre devant ton clavier 😉

    • Oh mais c’est que j’y suis devant mon clavier, mais pour d’autres choses que le blog 😉 Mais tu as raison, ce n’est pas le moindre de leur mérite que de m’avoir repoussée à écrire par ici. Promis je vais m’y remettre (d’ailleurs on part bientôt en vacances pour la Golden Week, nouveaux billets nippons à prévoir).

  3. Waw! Ils sont incroyables les Chinois, c’est bien vrai! Je suis toujours impressionnee par cette capacite a mettre la volonte humaine au dessus de tout ce qui semble impossible ou impensable! Merci pour cette information a cote de laquelle j’etais passee…
    … et aussi, quel plaisir de vous lire a nouveau… vos billets me manquaient! 🙂

    • Incroyables, c’est le mot. La première fois que j’ai vu qu’ils le déplaçaient j’ai cru qu’ils voulaient le démonter et l’emmener ailleurs (et construire une tour à la place par exemple), mais le coup des rails c’était au-delà de mon imagination 🙂

  4. Ils en ont même parlé dans mon canard luxembourgeois !!!
    J’avais déjà vu ça aux US mais ce sont de petits joueurs à côté, c’était pour déplacer une maison de 200 ans tout en bois (sur un camion). Vraiment trop forts ces Chinois, je suis admirative !!! (Surtout qu’en plus, c’est pour des normes de sécurité et non pas pr la construction d’un autre gratte-ciel !)
    Au plaisir de découvrir vos prochaines tribulations chinoises !

    • Je confirme, moi aussi ils m’ont épaté (y compris sur la question de la sécurité, et en même temps quand on voit comment ils organisent les flux humain dans le métro on devrait se rappeler que les flux humains ça les connait sacrément). Bises

    • Et bien là du coup il faudra attendre un peu qu’ils aient fini les travaux 😉 Moi il faudra que j’y retourne pour me faire un petit avant/après.

  5. Bravo, bravo, belle et bonne idée, mais ……… la France avait fait de même avec un château de 2500 tonnes le 3 août 1957 en Isère (c’est une info qui courrait encore beaucoup lorsque j’y étais -en Isère – dans les années 70). Tu peux aller consulter internet on trouve toutes les infos, il s’agit du château d’Achile Bergès à Lacombe de Lancey. Le déplacement en lui-même a duré 20h, la préparation 12 000h bien sur. Là il ne s’agissait pas de garantir la sécurité mais d’agrandir l’usine voisine…. tous les prétextes sont bons !
    Bien, une fois ces info transmises, je reconnais avoir du mal à imaginer ce travail extraordinairement fabuleux. Je n’imagine pas par exemple que l’on puisse déplacer ma maison faite de pierres cyclopéennes et bien ancrée dans la bute. Mais je n’ai jamais été excellente en calcul ! (sic)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soyez bons en calcul et validez votre commentaire :