Voir s’entrechoquer ancien et moderne à Jing’an Temple

Au cours de notre éprouvant voyage préparatoire au mois de mars, MMM et moi-même n’avions eu le temps de visiter que deux choses au cours des deux fois une heure de temps libre que nous avions pu glisser dans notre emploi du temps. La première était le bazar de Yu Garden, où nous avions acheté un t-shirt Mao à Beauté Brune, et la seconde était le Jing’an Temple qui nous avait tapé dans l’oeil depuis la voie express. Tapé dans l’oeil, littéralement, parce que la première fois qu’on l’aperçoit de loin avec ses toits dorés et ses énormes lions rutilants sur fond de haute tour miroitante ça fait un peu mal aux yeux. Pour tout dire, je me demandais un peu ce que c’était que cette horreur plantée au milieu de la ville. Prenant ma surprise pour de l’intérêt touristique, notre gentil guide nous y avait déposé pour une courte visite qui s’était révélée plus intéressante (et moins horrifiante) que prévue.

Nos deux Beautés ne pouvant pas manquer ça, nous avons donc profité du week-end dernier pour les y emmener en compagnie d’une nouvelle copine dont le mari travaillait (oui, en Chine on travaille certains dimanches, je vous raconterai ça). Le temps était beau, le doré n’en serait que plus brillant, c’était le jour parfait. Et la deuxième fois j’ai finalement trouvé ça moins bling-bling que la première. Je dois commencer à m’accoutumer au goût chinois, le doré me rebute moins qu’avant. Si je me mets à en mettre partout dans mon salon surtout arrêtez-moi, c’est que je me serais un peu trop bien acclimatée.

Quoi qu’il en soit, ce temple bouddhique a beau en faire des tonnes pour se faire remarquer au milieu du paysage urbain, il dégage malgré tout un certain charme et une réelle sérénité une fois qu’on est à l’intérieur. Il faut dire qu’il s’agit d’un lieu de culte actif, et pas seulement d’un lieu touristique. Les pratiquants allument leurs bâtonnets d’encens dans la cour et y font leurs premières dévotions, indifférents aux passants. Des familles entières sont accueillies par des moines, qui pratiquent des cérémonies (funéraires ?) dans de petites salles au rez-de-chaussée. Les moines habitent sur place, dans les étages supérieurs interdits au public.

Au centre de la cour se dresse le pavillon du grand Bouddha d’argent, qu’on rejoint par l’escalier monumental orné d’une magnifique pierre centrale sculptée de motifs bouddhiques. A l’intérieur, sous la structure en bois l’immense statue brille d’un éclat sobre comparé aux lions extérieurs et invite au recueillement. Beauté Brune est resté contemplatif un long moment à l’entrée de la salle pendant que Beauté Blonde imitait les pratiquants en se prosternant avec naturel devant le grand Bouddha. Mes enfants seraient ils déjà des mystiques en puissance ?

A gauche en sortant du pavillon, en jetant un coup d’œil par dessus le mur d’enceinte on replonge directement dans le monde de la consommation et des publicités de luxe. Le plus proche voisin du temple est un grand centre commercial : les marchands du temple ne sont toujours pas morts. Jésus reviens, Jé-ésus reviens, Jésus reviens parmi les tiens…

Voilà en tout cas qui augure bien des futures visites de temples que nous ne manqueront pas de faire dans les prochains mois. En Europe nous visitions toutes les églises, temples, mosquées et synagogues qui croisaient notre route, ici nous rajouterons les temples bouddhiques, taoïstes et confucianistes à notre liste. Et comme il y a du pain sur la planche on commence dès demain avec le temple de Confucius…

 

DSC02182

3 Comments

  1. C’est drôle, cette coutume qu’ont les toursites et résidants de visiter tous les temples … Je l’ai fait il y a quelques années avec mes filles petites (tu t’en souviens !) et leur réponse était inmanquablement « Ah non!!!! pas encore un temple !!!!! » Je vous gratifiais de 3 à 5mn d’explications et je vous laissais jouer dans le jardin ou la parc attenant car j’avais apporté cordes à sauter et ballons …. En général je vous récupérais auprès des moines, dans leur cuisine, où vous avait été offerts fruits, gâteaux ou boissons.
    Il vous en est resté mes filles le décryptage et la signification des symboles des statues et autres signes que vous saviez restituer parfaitement !
    Ah les parents ….!!!!!! c’est pénible …..

    • Et oui, ça laisse des marques et après tu vois on reproduit, on reproduit… C’est ça les traumatismes de l’enfance 🙂

  2. Je n’avais pas vu les photos sur mon micro au bureau, je les découvre ce matin. Elles sont magnifiques !!!!! J’imagine les garçons dans ces lieux paisibles …… Ça donne vraiment envie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soyez bons en calcul et validez votre commentaire :