Dernière année du contrat d’expat’ (ou pas)

Nous voilà donc entrés d’un pied bien décidés dans notre troisième année chinoise. Les garçons ont fait leur rentrée, sans qu’il y ait rien de spécial à en dire, ça devient presque la routine. Nouvelles maîtresses, nouveaux camarades au gré des départs et des arrivées, et tout se passe toujours bien, merci Madame la Marquise. Les parents ont fait leur rentrée au travail, on a gentiment accueilli les petits nouveaux de notre résidence après avoir dit au revoir aux partants en juin, bref, la vie normale sous nos latitudes. Et en ce début de troisième année je sens que j’atteins enfin la plénitude quasi parfaite dans ma vie de petite expat’ en Chine. Le boulot va bien, les enfants vont bien, le mari va bien, notre rapport avec la Chine va bien et même le bidon va bien. Je pourrais presque dire qu’après avoir atteint l’exaspération au printemps dernier et crié à la fin de la lune de miel, je vis une sorte de retour de flamme assez agréable. La cure de reblochon estival a visiblement produit son petit effet, en ce moment je suis pleinement heureuse d’être ici. Il y a un an je disais que « année 2, tout va mieux », je rajouterais pour la richesse de la rime que « année trois, je suis en joie ».

Et c’est là que nous nous prenons dans les dents cette réalité qui nous semblait si lointaine il y a tout juste deux ans : nous venons d’entamer la dernière année du contrat d’expat’ de MonMeilleurMari. En tout cas de son contrat initial. Par quelle terrifiante accélération du temps en sommes nous déjà rendus là ? Voilà ce que je ne m’explique pas. Si on s’en tenait strictement au contrat, nous pourrions déjà être en train de nous préparer mentalement à rentrer en France, ou à chercher une autre destination lointaine et à dire à nos enfants que début juillet ils quitteront leur école pour une autre. Rien que d’écrire ça noir sur blanc j’en ai des frissons… Parce que non, vraiment, je ne me sens pas prête à partir. Et à refaire un déménagement encore moins.

J’en ai eu la preuve il y a quelques semaines lorsque MMM est rentré un soir avec une mine à demi déconfite : il avait ouï dire par radio-moquette que ses chefs au sièges envisageaient une petite réorganisation de sa division et qu’ils pensaient à lui pour un poste à Munich. Ambiance sans cotillons dans la salle de bain (nous aimons discuter des choses importantes dans la salle de bains, la vapeur ça détend). J’ai gardé le contrôle de moi et prononcé des mots très raisonnables « on va voir, il faut en discuter, pourquoi pas si c’est intéressant pour toi, de toute façon rien n’est fait, ne paniquons pas, et si on a réussi à s’habituer à la Chine on devrait y arriver avec l’Allemagne, ça nous rapprocherait de la famille et des amis, ça pourrait être chouette ». Intérieurement une petite voix hurlait en moi « non mais ça va pas non ? On n’en a pas fini avec la Chine, j’en ai pas du tout assez marre de Shanghai et des chinois pour partir maintenant, et puis il y a plein de choses qu’on n’a pas encore faites ici, PLEIN, et puis avec le petit troisième qui va arriver comment je vais faire pour trouver un mode de garde et continuer à bosser, et puis moi je veux pas d’abord, j’ai pas envie de partir maintenant ! » Bon, finalement c’était une fausse alerte, il n’est plus du tout question de Munich mais de peut-être rester un peu plus ici, mais – et c’est ça le jeu rigolo de la dernière année – rien n’est sûr, rien n’est fait, on est dans le flou. Donc pour l’instant on vit notre petite vie en attendant d’en savoir plus.

Bref, la dernière année de contrat, c’est le brouillard. Les plus chanceux savent plusieurs mois à l’avance s’ils restent ou s’ils partent et pour où, les moins chanceux font preuve d’un sens inouï de l’adaptation en devant plier armes et bagages en quelques semaines. Et le pire c’est que parfois tout ce grand chambardement se fait alors que ce n’est même pas la fin du contrat et hop, on vous envoie à l’autre bout du monde où vous ne pensiez jamais aller. La vie d’expat, cet incroyable mélange entre des conditions matérielles souvent très confortables et cette insécurité liée au fait de devoir tout recommencer à intervalles (ir)réguliers…

Alors voilà, tout ce long texte pour dire que pour l’instant on n’en sait pas plus. On va peut-être demander à papa Noël de faire rajouter un ou deux ans à Shanghai sur le contrat de MonMeilleurMari histoire de finir notre lune de miel chinoise, d’arriver au ras-le-bol des cinq ans et de laisser à notre future Dernière Beauté le temps d’apprendre ses premiers mots de chinois, mais vous savez ce que c’est : on ne peut plus tout à fait compter sur Papa Noël comme avant. On vous tient au courant dès qu’on en sait plus. En attendant, puisqu’on est sûrs qu’il nous reste encore une quasi année pour s’en mettre plein les mirettes et les souvenirs de la Chine c’est exactement ce que nous allons faire…

 

grandbondmilieu_fin_contrat

14 Comments

  1. Je te suis depuis un certain temps en sous marin, j’aime beaucoup ta plume.

    En ce qui me concerne la troisième année est au contraire une année dans l’expectative. Notre départ se profile et j’ai hate de savoir où, tellement hâte ! Bouger, changer d’air, voir de nouvelles choses. Nous sommes cependant partie des profils qui devons plier bagage en quelques semaines, sur le fil, sans trop avoir notre mot à dire sur la destination. Cela peut etre aussi bien le Tchad (je me suicide à coup de petite cuillère) que la Chine. Ce dernier pays a d’ailleurs été murmuré à la radio moquette locale, j’ai donc re-parcouru ton blog avec beaucoup de zèle (arriverai je à négocier un clou moins cher dans le bail?)

    Ce n’est pas tant que je n’aime pas « mon » pays, au Sénégal il y a beaucoup de chose à faire et à voir, mais quand je lis la richesse culturelle d’un pays comme la Chine, je bave d’envie, sérieusement !

    Bref j’espère qu’on vous proposera une destination plus exotique que l’Allemagne ! Même s’il parait qu’il y fait bon vivre. Et puis nous sommes des wonder womens, les déménagements, ca nous connait non ?

    • Merci pour cette sortie d’anonymat, j’aime bien que mes lecteurs se dévoilent pour faire un petit coucou 😉
      C’est sûr que passer de l’Afrique à la Chine ferait un sacré changement, je vous le souhaite (surtout si le choix c’est entre le Tchad et la Chine… Je me suiciderais à la petite cuillère aussi, voire avec quelque chose de plus radical si on m’annonçait le Tchad).
      Quant à être la wonder woman du déménagement, c’est pas moi c’est ma voisine. Moi je suis juste la Super Névrosée du déménagement… 🙂

    • Ah oui mais non, on ne veut pas non plus s’installer à vie en Chine, juste grapiller un peu de temps supplémentaire. Remarque, certaines personnes ont dû se dire ça un jour pour finalement rester toute une vie, t’as raison : faut faire gaffe avec ça…

  2. C’est pas si mal l’Allemagne, je t’assure ! La preuve, quand j’étais enfant, nous devions y rester 2 ans et nous y sommes finalement restés 9 ans !!! Faut-il te souhaiter la même prolongation pour la Chine ???
    Chaque destination peut être sympa (peut être même le Tchad…pour certaines personnes mais pas pour moi non plus !), tout dépend dans quel état d’esprit on les aborde !

    • Ah mais je pense que l’Allemagne est même sûrement très bien, c’est juste que d’un seul coup on a pris conscience que la Chine pouvait être finie pour nous très bientôt et que ça a fait comme un trou d’air dans le ventre à l’idée de partir déjà (j’imagine que tu vois bien ce que ça fait…). Time will tell…

  3. Comme je te comprends!!!! nous aussi nous sommes dans la troisième et dernière année. En réalité nous sommes même dans les 2 derniers mois, puisqu’officiellement le contrat de MCT s’arrête le premier décembre….mais tu sais ce que c’est ici…officieusement nous devons rester 2 ans de plus, mais bon rien de signé…du coup je tâche de la jouer zen (je me suis même inscrite au yoga…) mais n’ai pas du tout envie de quitter la Chine tout de suite, encore trop de choses à vivre et à voir! quant à m’imaginer de retour en France…..encore moins envie pour le moment!!

    • Ouh la la, plus que 2 mois de contrat et pas encore de confirmation de la prolongation !! Vous avez bien fait de vous inscrire au yoga, ça vaut au moins ça !!! Je croise les doigts et les orteils pour vous 🙂

  4. Ohhh oui il faut en profiter !!! Une année, c’est long (je me dis souvent cela) et puis peut-être que papa Noël sera généreux avec vous. Je ne connais pas encore ce sentiment de : « c’est bientôt le moment » car le contrat de deux ans du chéri a été renouvelé pour deux années supplémentaires. A moi maintenant de profiter à bon escient de ces deux années complémentaires. Mais dans tous les cas, cela veut dire qu’on va avoir d’autres articles péripéties chinoises pour une bonne longue année 😉 !!

    • Et oui, encore un an d’articles de Chine, et plus si affinités 😉 Et vous, encore deux ans de Kiel, de quoi mettre le booster sur le blog 🙂

  5. Salut Tara !
    Je trouve enfin un petit moment pour te faire un coucou (ce n’est pas de l’infidélité mais en ce moment je n’arrête à la maison que les jours de lune pleine !). Ton post est l’écho de mes inquiétudes. Pour tout te dire, dans mon cas, je n’ai même pas eu le temps de m’inquiéter de la fin du contrat. La réalité a rattrapé la fiction. Tu connais un peu mon histoire récente : nous avons « campé » dans une maison vide pendant 5 mois et puis le jour où nos affaires sont arrivées, on ne nous a même pas laissé le temps d’accrocher des rideaux aux fenêtres et nous avons été obligés de vendre la moitié des meubles pour repartir vers une nouvelle destination. Moi, devenue femme d’expat, je venais à peine de passer au stade d’« alien » et je n’ai même pas eu le temps de prospecter professionnellement. Trois ans c’était le deal pour qu’on accepte de venir au bout du monde avec le contenu de notre appartement parisien sur le dos. Et au bout de 10 mois, un changement de direction et de stratégie de Mme la Multinationale décide du jour au lendemain de notre vie (et carrière) de pions. Que dire d’autre ? Tout est dit dans ton post. Les grosses boites ont beau avoir des services RH super performants, ils oublient toujours qu’ils emploient des êtres humains. Nous avons tellement eu du mal à avaler le coup, qu’ils ont dû s’assoir et (ré) négocier les nouvelles conditions et les délais de prise de poste. Au passage, on a réussi à leur coller un congé sabbatique de 3 mois afin de profiter au maximum du temps qui nous reste en Afrique de l’est. Mais la suite tu la connais déjà !
    La nouvelle destination ne nous fait absolument pas rêver. Tu as la bonne attitude, maintenant que tu es en paix avec la Chine, et après tout le chemin que tu as fait, profite comme si c’était le dernier jour. Et franchement, j’espère aussi que vous ne partirez pas à Munich parce que sinon on risque d’avoir la même langue étrangère en commun !
    Soso, avec un pied ici et l’autre là-bas plus que jamais 😉

    • Effectivement, un peu raide votre changement subi(t) de destination, et quelle chance de pouvoir prendre ces 3 mois de congés pour profiter du Kenya et lui dire au revoir dignement avant de partir pour de nouvelles aventures ! J’espère que ça vous aidera à avaler la pilule, et que même si votre prochaine destination ne vous fait pas rêver pour arriverez à vous y faire un trou confortable. J’attends la suite de vos aventures !

    • Oui, des nouvelles depuis peu et elles sont bonnes, en tout cas à notre goût… Il faut que j’en parle ici sous peu 😉 A très vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soyez bons en calcul et validez votre commentaire :