L’école et le pognon

Petit billet d’humeur, et même de mauvaise humeur.

Je vous avais déjà touché un mot de ma petite expérience administrative avec le Lycée Français de Shanghaï (LFS) et son interminable liste de documents à fournir (sans oublier le chèque de 375 €) juste pour avoir le droit qu’ils examinent – espérons avec bienveillance – la possibilité d’inscrire Beauté Brune en grande section. Ça m’avait déjà un peu agacée (voir ici la version longue de l’épisode précédent) même si j’avais brillamment surmonté mon admninistratite personnelle (administratite = n.m., inflammation intempestive des canaux administratifs, le plus souvent déclenchée par la confrontation brutale à un impératif paperassomaniaque chez les sujets à terrain allergique).

Aujourd’hui, nouvel épisode dans notre courte mais déjà dense histoire commune avec le LFS. MMM et moi-même nous envolons lundi prochain pour Shanghaï pour un séjour préparatoire de quatre jours qui doit nous permettre de visiter les écoles françaises, un certain nombre d’appartements et de quartiers et d’effectuer l’examen de santé officiel nécessaire à notre futur permis de résidence. Le correspondant de l’entreprise de MMM nous a déjà concocté un planning aux petits oignons où seul manque un rendez-vous avec le LFS (toutes les autres écoles ont accepté bien volontiers de nous recevoir et de nous faire visiter leur établissement). Devant le refus du LFS d’accorder un rendez-vous à ce correspondant, MMM a pris le taureau par les cornes et les a contacté par mail et par téléphone, en leur rappelant que notre dossier de préinscription était complet (et même excellent) et que nous nous étions bien acquittés des 375 € de droits de préinscription.

Réponse du LFS : vous avez raté les portes ouvertes du mois de mars, nous vous proposons de venir à celles du mois d’avril, nous n’organisons plus de visites pour les particuliers. Traduire : on veut bien prendre votre pognon, mais ne comptez pas sur nous pour nous enquiquiner à recevoir les parents, faudrait quand même pas rigoler. Alors moi j’ai envie de proposer au proviseur du LFS un rendez-vous le samedi 5 avril chez nous, à Paris. Le samedi ça m’arrange : les enfants sont tranquilles à la maison et moi j’aurai eu le temps de me reposer de ma semaine. Qu’il n’aie crainte, s’il daigne venir jusqu’à nous pour nous présenter le Lycée je lui préparerai un bon thé Mariage Frères et des petits gâteaux faits maison, c’est bien le moins que je puisse faire. Non, vraiment ? Il veut pas ? Je comprends pas, elle était sympa ma proposition…

Subitement je m’interroge : quels coûts ou « prestations » (ouh le vilain mot) sont donc inclus dans les 16 300 RMB (soit 1 895 €) de frais de première inscription ? A l’évidence ce ne sont pas les frais de représentation et d’accueil personnalisé des parents… Sont-ce donc les frais inhérents à l’embauche d’une personne dédiée au traitement des 50 documents supplémentaires qu’il faudra leur envoyer s’ils accordent une place à Beauté Brune ? Ou alors le trésor de guerre qui constitue la prime de fin d’année du proviseur ? Plus prosaïquement : pourrons-nous bénéficier d’une remise sur ces frais dans la mesure où nous ne pouvons pas venir aux journées portes ouvertes du vendredi matin de 8h30 à 10h30 et qu’on nous demandera peut-être de débourser 14 000 € pour une école dont nous n’aurons pas même entraperçu le hall ?

Mon petit doigt me dit que nos relations avec le LFS sont parties du mauvais pied. Et pour l’instant pas de petit mot charmant du genre « merci pour l’excellente préoccupation parentale dont vous faites preuve en souhaitant visiter la future école de votre enfant » pour rattraper l’affaire.

Faut qu’ils se méfient au LFS. Parce qu’ils ne le savent pas encore mais une Tara B. énervée et en pleine crise d’administratite aiguë c’est vraiment pas un cadeau. Mais alors vraiment pas.

 

Crédit photo : AFP

yuan-300x180

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soyez bons en calcul et validez votre commentaire :