MaVieNormale International Inc.

Depuis que j’ai commencé à annoncer que nous allions partir, j’entends très souvent « oh la la, la Chine ! Moi j’aurais trop peur, je ne sais pas comment tu fais ». Ce à quoi je réponds un truc du genre : « ne vous inquiétez pas, j’ai été expat’ enfant, je vois bien à quoi ressemble une vie à l’étranger, on va très bien s’en sortir ». La fille qui assure quoi.

En réalité, je pourrais préciser un peu les choses et dire surtout que l’expat’ aujourd’hui, surtout dans une ville comme Shanghaï, n’ai rien, mais alors RIEN à voir avec ce que j’ai connu enfant quand on s’installait dans des villes paumées genre San Pedro (Côte d’Ivoire) ou encore mieux Port Harcourt (Nigeria). D’abord pour commencer, on va pouvoir appeler notre famille tous les quatre matins si ça nous chante, et en vidéo même grâce à Skype. Fini donc le temps des « raccroche, raccroche vite, ça coûte cher » (enfin fini avec les communications Skype, si je vois les enfants appeler les papy-mamies avec mon portable ça va barder parce que là ça coûte encore cher cher cher…).

Ensuite, en quatre jours à Shanghaï et malgré un programme de visites très très focalisé sur l’immobilier, j’ai quand même pu voir (ou entrapercevoir) de mes yeux que certains aspects de la mondialisation nous épargneront un dépaysement total radical.

Pour commencer, comme je l’ai déjà indiqué précédemment nous allons pouvoir vivre dans des logements avec des meubles tout à fait au goût occidental. Et pour les enfants, nous pourrons sans problème acheter un lit Kura pour Beauté Brune et Myga ou Kritter pour Beauté Blonde chez IKEA (aperçu dès notre arrivée, en contrebas de l’autoroute qui nous amenait de l’aéroport). Idem pour tout ce qui est couettes, boites de rangements, cadres et toutes les autres petites choses qui nous manqueront. IKEA est là : njut !

Ensuite, pour nous nourrir, nous pourrons aller faire nos emplettes directement chez Carrefour, ou sur l’un des sites de courses internet qui fourni tous les produits d’importation pour nous permettre de manger comme ici. Très fastoche par exemple de trouver une brique de lait importée d’Allemagne et nous permet d’éviter le lait chinois à la mélamine (et 2,50 € le litre, qu’est-ce que c’est pour du lait de vache broutant dans les vertes prairies bavaroises ? Hum ?). Si je me laisse emporter par la confiance qui me porte, je vais même finir par mettre l’appareil à raclette dans les valises. Il y a aussi de nombreuses boulangeries qui proposent du pain et des viennoiseries (2 € la baguette, environ 1 € la viennoiserie), et franchement il était bon ce petit pain au chocolate. Pas la peine donc de m’embarrasser d’une machine à pain…

Pour m’habiller, je pourrai aller tranquillement chez Zara, Promod, H&M ou Uniqlo, et aller acheter mon maquillage chez Sephora (question existentielle : ma carte de fidélité marchera-t-elle en Chine ? Si c’est le cas, je saurai que mon existence a définitivement été google-isée). Ensuite j’irai faire les emplettes pour les enfants chez Du Pareil Au Même (hourra, on adore DPAM !), Sergent Major ou Absorba. Je me ferai une petite pause en m’achetant de la junk food chez KFC, Pizza Hut ou Mac Do, et pour éliminer tout ça j’irai m’acheter un beau vélo et un casque chez Décathlon (juste à côté du Carrefour, coincés entre deux énormes résidences pour expat’).

Et comme d’habitude, je ne pourrai absolument pas m’acheter quoi que ce soir chez Hermès, Vuitton, Berlutti, Gucci, Chaumet, Rolex et tous leurs amis. Bref, si on le veut, vivre à Shanghaï ça peut ressembler furieusement à vivre à Paris (à deux trois détails près, on vous l’accorde).

Alors non, nous ne comptons pas vivre exclusivement enfermés entre expats et accrochés à nos marques habituelles. N’empêche, savoir qu’en cas de coup de déracinement trop important je peux retrouver deux-trois repères familiers, c’est pas mal non ?

Njut on vous dit ! :o)

PainChocolate

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soyez bons en calcul et validez votre commentaire :