A l’approche du chassé-croisexpat de l’été

Vous avez remarqué ? Ce sont les vacances de Pâques. Enfin chez vous je sais pas mais à Shanghai ce sont les vacances de Pâques, et avec l’approche de la fin de l’année scolaire c’est une agitation souterraine mais néanmoins fébrile qui s’empare subitement de certains français. Pas de ceux d’ici, non, de ceux qui vont bientôt nous rejoindre et qui expérimentent à l’instant t les affres intérieures de la préparation de leur propre Grand Bond. Côté Shanghai, d’autres se projettent au même moment dans les préparatifs moins complexes (quoique) d’un retour en France ou d’un départ vers un nouveau pays d’accueil. Bref, on commence à entrevoir ce qui sera le grand chassé-croisé de l’été de notre microcosme. Il aura lieu fin juillet-début août comme sur l’autoroute A6 mais empruntera plutôt la voie des airs, Bison-Futé peut dormir sur ses deux oreilles. Bye-bye les anciens, huanying les nouveaux : dire au revoir et bienvenue chaque été c’est aussi ça la vie d’expat.

Du confort encore tout frais dans notre nouvelle vie, j’ai beaucoup d’empathie pour ces petits nouveaux et également déjà beaucoup de sympathie. D’empathie d’abord parce que ce qui transparaît dans les messages qu’ils m’envoient c’est d’abord une bonne dose d’angoisse et d’incertitudes. A les lire, j’ai parfois des remontées (acides) de celles dans lesquelles je me débattais l’année dernière à la même époque, avec l’impression qu’on vient de me sangler dans la delorean de Retour vers le futur. J’avais beau essayer de le tourner en dérision en écrivant ça ou ça, de l’intérieur ce n’était pas toujours drôle et souvent émaillé de nuits d’insomnie et de quantités anormales d’angoisses aussi irrationnelles qu’intenses. Mauvaise nouvelle : je ne connais pas de remède miracle pour faire l’économie de ces tourments à l’approche d’un tel changement de vie, mais bonne nouvelle : ça finit par passer et à la fin tout le monde y arrive. Ce n’est qu’un long et désagréable moment à passer, bientôt tout cela vous semblera à des années lumière (sauf réapparition de la delorean et faille spatio-temporelle…).

Au-delà de l’empathie faite d’expérience partagée, j’éprouve aussi une grande sympathie pour ces futurs expats. Parce que d’après ce que je lis, le cru 2015 des franco-shanghaiens s’annonce plutôt drôle voire légèrement fêlé sur les bords. A moins que ce soient juste les caractéristiques de mes lecteurs… Contrairement aux apparences ceci n’est pas un jugement gratuit ni même subjectif, voyez plutôt les questions auxquelles je réponds sérieusement mais avec le sourire derrière mon clavier depuis quelques semaines :

  1. Est-il possible de trouver des anti-dépresseurs dignes de ce nom rapport à la dépression que je vais débuter au 47ème jour après mon arrivée ?
  2. Mes enfants sont des aimants à poux, peut-on trouver du Pouxit dans les pharmacies à Shanghai ?
  3. Vaut-il mieux mettre mon robot de cuisine dans ma valise et les jouets dans dans le sea fret ou inversement ?
  4. Dois-je emmener ma machine à laver parce qu’il parait que les machines à laver chinoises ne lavent qu’à l’eau froide ?
  5. Dieu joue-t-il à la pétanque à Green Court le dimanche ?
  6. Peut-on trouver des petits concombres frais à mettre en saumure parce que nous sommes concombrivores exclusifs ?
  7. Savez-vous si on trouve facilement des lotions pour cheveux qui frisottent ?
  8. Dois-je laisser mon matériel de plongée à la maison, il paraît que Godzilla vit dans l’embouchure du Yantze ?
  9. Les douaniers chinois vont-ils vraiment lire tous les livres de mes enfants avant d’autoriser leur entrée sur le territoire ?
  10. etc, etc.

A ces questions fondamentales, qui concernent tout le monde et m’érigent en spécialiste des indispensables de la vie à Shanghai je réponds ici publiquement : 1) oui, sans problème, 2) aucune idée, 3) prenez les jouets, 4) non pas la peine, 5) indubitablement, 6) oui, 7) avez vous déjà vu une chinoise avec des problèmes de frisottis ?, 8) plonger dans le Yangtze, quelle drôle d’idée, 9) oui, le douanier chinois lit beaucoup, 10) etc., etc. Et je rajoute : courage les filles, tout va bien se passer, c’est SHuggy les bons tuyaux qui vous le dit.

Enfin, parce qu’il n’y a de bonne rigolade que partagée laissez moi vous parler de celle qui a contacté la même société de déménagement que nous en annonçant toute fière « c’est un contact à Shanghai qui m’a donné votre nom, ils ont été très contents de vos services » « Ah oui, et quel est son nom ? » « Euuuuuh… Bond, Tara Bond ? » « … ?? » « Mais je vous jure, je lui ai parlé, c’est juste que je connais pas vraiment son nom, c’est un peu compliqué à expliquer, c’est internet tout ça… ». Moi je vous le prédis : l’année prochaine Shanghai sera THE place to rigoler. Alors n’ayez pas peur : sautez dans votre avion et rejoignez-nous, on vous attend !

 

Photo : source astrosurf.com

GrandBondMilieu_chasse_croise

 

13 Comments

  1. Et vous ne voulez pas transformer vos écrits en spectacle! Quel dommage! Ce serait un carton!
    Le Spectacle à Voir à Shanghai l’année prochaine, celui dont tout le monde parlerait, qu’il faudrait absolument avoir vu à moins de passer pour un faguo ren inadapté!
    Bon, ok, je vous laisse avec mon idée stupide d’expat en mal de texte « rigolo » à mettre en scène et qui en vous lisant s’imaginait avoir trouvé La Perle Rare de notre bonne Shanghai.
    Ben non, je n’insiste pas, je ne pleurniche pas et je ne suis pas du tout frustrée 🙂

    • Allez, pour vous faire plaisir je laisse la porte ouverte à tout metteur en scène qui voudrait me contacter ou à toute célèbre actrice qui aurait envie d’interpréter mes textes revus à la sauce théâtrale 😉 Florence F., si tu nous lis…
      Je ne crois pas vraiment que mes petits billets puisse s’y prêter mais tellement c’est gentil à vous de le penser…

  2. Mais je n’arrête pas de vous contacter 🙂 🙂 🙂
    Il y aurait évidemment un texte d’écriture pour l’adaptation, des scènettes à créer et les jouer! Ou alors, vous pourriez être ‘juste » l’auteur 🙂
    Rencontrons-nous, je pars 3 semaines en France, retour début juin… ça vous laisse le temps d’y réfléchir.

  3. Permets-moi de rester à Paris pour rigoler devant mon écran en te lisant^^ Tu deviens la spécialiste de l’expatriation à Shanghaï. Moi plus qu’un spectacle, je vois un guide humoristique. Bises SHuggy 😀

  4. bonjour
    après une fille partie à Hong Kong ces 6 derniers mois, c’est le N°2 qui part un an à Shanghai l’an prochain. Ce n’est pas lui qui a la boule au ventre c’est moi …(quoique je sens une légère angoisse monter en lui quand je lui parle de la paperasse, des vaccins, des visites chez le dentiste, médecin etc à faire avant de partir) alors peut il vous poser pleins de petites questions sur la vie à Shanghai afin de partir vraiment zen? et si vous avez besoin d’un baby sitter… il sera surement partant 🙂

    • Un an à Shanghai – comme étudiant je suppose – vraiment aucune raison d’imaginer que ça puisse mal se passer. Il peut me poser des questions s’il en a, mais pour tout ce qui intéresse les étudiants (genre la vie nocturne, les coins sympas, les bars, les bonnes soirées) je suis archi-nulle. En revanche je sais où il peut se renseigner sur ces questions là 😉

  5. J’adoooore !!!
    Contente d’être dans ton top 10 !!! Même si avec le recul, la question me parait bien stupide maintenant !
    Un peu de légèreté en ces temps de stress fait du bien !!!!

    • Je ne peux pas dire qu’elles sont stupides : je me suis posé les mêmes (enfin, certaines, je ne fais pas de plongée), et si j’avais osé les poser j’aurais adoré qu’on me réponde !

Répondre à de Lesseps Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soyez bons en calcul et validez votre commentaire :