Mon royaume pour un massage…

Il y a des jours de vacances comme ça où je me sens au bord de la crise de nerf. Vous savez, l’un de ces jours tests où votre adorable bambin de 17 mois a décidé de jouer avec vos limites internes sans jamais s’arrêter juste histoire de tester votre versant Norman Bates.

Alors, il faut dire aussi que j’ai commis une erreur. Et avec ce genre de mini-gremlin, toute erreur peut-être fatale. Lorsque ma Beauté Blonde s’est endormi dans la voiture à midi alors que nous rentrions au gîte pour déjeuner, je l’ai regardé avec l’oeil attendri d’une mère et l’optimisme d’une débutante et je me suis dit « comme il dort bien, ce serait trop cruel de le réveiller, il va se rendormir après son repas ».

Grave erreur. FATALE ERREUR. La bonne réponse dans cette situation (et pourtant j’ai déjà eu un mini-gremlin donc j’aurais dû m’en rappeler) est : secoue-le immédiatement avant qu’il ne soit trop tard, secoue-le il ne doit surtout pas s’endormir ! Non, non, non ce n’est pas cruel : c’est de la survie. Car oui, les gremlins ont trois ou quatre cent ans d’avance sur les fabricants d’électronique : ils savent se recharger complètement en seulement 5 mn de sommeil.

Résultat : après 5 mn (ou 10, soyons larges) on a récupéré une Beauté Blonde refusant obstinément de faire la sieste (alors que nous hein, on est vieux, on s’est coltiné un aller-retour un tout petit peu dense à Shanghaï il y a tout juste quinze jours, et c’est les vacances alors on VEUT DORMIR !). Et bien de tout cela, Beauté Blonde n’a que faire. Mais alors que pouic. J’ai eu beau le caliner (au début), faire les gros yeux, la grosse voix, lui coller une fessée (je commençais à craquer) et lui dire sur le ton d’un garde SS qu’il fallait qu’il se calme (tout en me rendant compte que c’était totalement incohérent mais en espérant secrètement que lui ne s’en rendrait pas compte…), rien n’y fit. Au bout d’une heure et demi (où bien entendu il a aussi ruiné la sieste de son frère), il a fallu se rendre à l’évidence (et à la mauvaise, mauvaise humeur) et le lever pour le laisser jouer. Nan ! Je veux pas jouer avec toi, j’ai pas envie de jouer avec toi ! Et, oui, j’ai vraiment dit ça : effet collatéral du manque de sommeil conjugué à un petit mouvement régressif ?

Après 15 mn à prendre l’air dehors toute seule pour retrouver mes esprits et mettre un peu d’espace entre Norman Bates et moi, MMM a tenté une timide mais gentille approche et a commencé à masser mon cou et mes épaules. Ce qui m’a permis de me rendre compte que : 1) MMM est un homme vraiment gentil même lorsque lui aussi est poussé dans ses retranchements par l’un de nos rejetons, 2) mes trapèzes étaient tout crispés, 3) j’aurai bien fait un saut quinze jours en arrière pour retourner dans le divin salon de massage où j’ai ressuscité mes pieds à Shanghaï.

C’est qu’après notre intense marathon immobilier, les pieds de MMM et moi avaient un peu de plomb dans l’aile et les semelles. Et puisque notre planning nous autorisait le luxe d’une plage libre de deux heures avant notre taxi pour l’aéroport nous avons senti l’appel irrésistible du salon de massage. Nous l’avions repéré la veille à côté de l’hôtel et avions noté que d’une part les locaux semblaient très jolis et d’autre part que les filles était en jupe longue. Et les deux comptent, surtout le deuxième d’ailleurs.

C’est que nous en avions vu d’autres à l’accueil plus sommaire et à masseuses (hôtesses ?) en mini-jupes et talons hauts à l’entrée. Tout cela avait un petit air de quartier rouge d’Amsterdam, et laissait l’impression que ce n’était pas le genre de salon qui allait me convenir. D’ailleurs MMM m’a confirmé que lorsqu’il sortait de l’hôtel seul (quartier assez chic hein : East Nanjing Road, l’équivalent de nos Champs-Elysées) il était abordé tous les 10 m pour un « sexy massadji ». Du coup il préfère se promener avec moi, je suis son body gard…

En tout cas, aucun sexy massadji à l’horizon dans « notre » salon de massage, mais 70 mn d’un massage des épaules et des pieds absolument parfait. Petite surprise du chef (surprise due à  l’anglais sommaire de la jeune femme de l’accueil et à notre chinois inexistant) : l’enveloppement dans une boue magique qui se met à chauffer et sécher dès l’application. On s’est donc retrouvés avec les pieds momifiés dans des chaussettes de boue séchée, et une fois sortis l’impression divine d’avoir perdu une pointure et gagné des pieds ailés.

Et bien après cette journée éprouvante avec mes gremlins d’amour, j’aurai bien repris un feet massadji, un body massadji, un head massadji, et même un totall recall massadji où j’aurais oublié l’espace d’une heure que j’avais des enfants et où je me serais prise pour une jeune et sexy célibataire en route pour mars. Et ensuite, l’esprit bien reposé j’aurais retrouvé avec surprise et plaisir mes adorables terreurs.

Quand on sera à Shanghaï, il faudra absolument que je me trouve une bonne adresse de total recall massadji.  Et c’est promis, je donnerai l’adresse aux copines qui ont des enfants, car elles aussi elles le valent bien !

DSC00408

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soyez bons en calcul et validez votre commentaire :