Apprendre le chinois. Leçon 1 : se lancer

Bon, voilà un petit moment qu’on tourne autour du pot. On s’est déjà occupé de beaucoup de choses : de l’école pour Beauté Brune, de circonscrire une zone de recherche d’appartements à Shanghai, de faire faire les passeports et les visas pour tout le monde (c’est en bonne voie), de rencontrer le déménageur, de décider de ce qu’on ferait de l’appartement pendant notre absence, de nous marier et de mille autres petits détails. On a coché des dizaines et des dizaines de trucs sur nos dizaines et dizaines de to-do-list et puis voilà. Maintenant que tout est en bonne voie et qu’en gros on n’a plus grand chose à faire avant de mettre nos petites affaires en cartons début août il nous reste ce que nous avons plus ou moins consciemment évité jusqu’ici : se mettre à l’apprentissage du chinois.

Comme le disaient mes parents : c’est là que les athéniens s’atteignirent, que les satrapes s’attrapèrent et que les perses se percèrent. Oui, ils me disaient ça quand j’étais petite. Vous imaginez ma tête à six ans devant cette incompréhensible formule… Drôles mais taquins mes parents. Bref, me voici au pied du mur, j’ai beau chercher je ne vois plus d’échappatoire. Pour ne pas me trouver dépourvue une fois le moment venu, j’avais préalablement fait le tour des méthodes de chinois pour essayer de choisir la meilleure (c’était un des points d’une to-do-list), et il semblait que celle de Bernard Allanic « Le chinois… comme en Chine » faisait l’unanimité. Me voilà donc depuis quelques jours munie (lestée) des 504 pages de ladite méthode, de son DVD-ROM, du cahier d’écriture chinoise offert par ma maman, d’un cahier de notes (rouge) acheté pour l’occasion et de quelques autres livres de vocabulaire de base. La seule chose qu’on ne trouve pas en magasin (j’ai pourtant bien cherché au rayon « méthodes de langues ») : le courage de se jeter à l’eau.

Voilà donc deux heures que « Le chinois… comme en Chine » et moi nous regardons en chiens de faïence. Deux heures que je me dit « je m’y mets tout à l’heure ». Il ne dit rien mais je sens bien qu’il pense que je suis une poule mouillée. Oui « il », le livre. Il me juge, je le sens bien. Et je sais que si je n’ose même pas me lancer dans la première leçon je ne suis pas près de parler chinois (il y a 15 leçons en tout, pour lesquelles l’auteur indique 8 à 10h de travail minimum chacune). Or s’il y a bien une chose dont je me me suis convaincue en allant à Shanghai en mars dernier c’est que parler chinois est une question de survie pratique. La peur n’évite pas le danger, le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt et il ne faut jamais remettre à demain ce qu’on peut faire le jour même. Alleeeeeeer quoi, faut se lancer !

Que je vous dise : en réalité j’ai un peu la trouille parce qu’hier j’ai écouté les premiers fichiers audios, ceux qui sont censés être trop faciles parce que purement introductifs et j’ai eu l’impression saisissante que ces sonorités étaient hors de portée de mon oreille. Oui, de mon oreille, pas de mon cerveau. Saviez-vous que seuls les nouveaux-nés ont la capacité à distinguer la totalité des sons existants ? Leur oreille se « spécialise » au cours des premiers mois de vie dans les sons de leur langue maternelle pour y être plus performant, perdant ainsi rapidement la capacité à distinguer les sons spécifiques d’autres langues. C’est entre autres ce qui fait que les français sont si mauvais en langues étrangères, le français étant d’après les experts linguistes une langue particulièrement structurante et « fermée » du point de vue des sonorités. Ah mais c’est qu’on n’est pas aidés… Aller, ce n’est quand même pas un petit handicap de particularité linguistique qui va m’empêcher d’essayer de parler chinois. Il y a bien des gens qui courent le 100m en moins de 11s sans jambes et ils ne font pas autant de chichis : ils courent, eux.

Alors, au programme de la première leçon : dire « bonjour comment allez vous ? », reconnaitre et savoir prononcer les quatre tons (car oui, le chinois est une langue tonale : changez l’intonation de votre prononciation et vous changez de mot. Des heures de rigolade en perspective…) et le pinyin (ou système de transcription en lettres latines du « chinois commun », que nous appelons si romantiquement mandarin). Je me garde les premiers caractères chinois pour la leçon 2, sachant que l’auteur ambitionne de m’en faire apprendre 550 d’ici la fin du livre (j’ai peur…).

Aller, ma mission — et je suis obligée de l’accepter — est de ne pas vous écrire à nouveau ici avant de savoir lire le pinyin. Sans quoi ce site s’autodrétruira

Tam tam tam tam tam tam tam tam tam ta tam tam tam tam tan ta. Ti lu luuuu, ti lu luuuuu, lu luuuu ti ! (ceci est la transcription en pinyin d’un célèbre générique de série, vous voyez, je progresse déjà !)

 

Pour vous mettre au chinois vous aussi : « Le chinois… comme en Chine », Bernard Allanic, PUR (Presses Universitaires de Rennes)

   DSC00698

 

4 Comments

  1. Houlala comme j’ai hâte d’entendre tes premières phrases :)))
    Je me sentirai moins seule d’avoir transpiré à apprendre le micro discours en chinois de ton mariage. Mouahaha
    Marie

    PS : c’est ‘achement sélectif ce blog : y a un test d’intelligence à chaque fois qu’on laisse un message.
    Aller, je me concentre … 5-2 = 3. Ouf, c’est bien ça.

    • La sélection est effectivement impitoyable, pire que la MENSA pour poster un commentaire :o)
      Et rira bien qui rira la dernière lorsque tu m’entendras citer du Laozi (Lao-tseu, je progresse vraiment en pinyin) dans le texte…

  2. Je sais dire (mais pas écrire) sié sié en chinois cela veut dire merci – Si merci en chinois avait par un hasard archi extraordinaire, comme chez nous, le double sens de remerciement ou pitié – cela pourrait être pratique ! Merci et pitié pour la piqûre (moins stressant pour la maman – Pitié Mme la marchande chinoise pour une une pauvre étrangère passée à l’Allanic et merci d’avoir fait l’effort de comprendre ma séance de mime et d’y avoir répondu de même !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soyez bons en calcul et validez votre commentaire :