Lost in information

Débarquer à l’étranger pour un long moment, c’est forcément se déconnecter (un peu) de son pays. Ou plutôt (puisqu’en réalité nous restons connectés via internet) voir son pays par un bout de lorgnette différent. Nous nous sentons encore très concernés par ce qui se passe en France, nous lisons l’actualité tous les jours, et en même temps tout cela nous parait étrangement loin.

Un peu loin, voire surréaliste… Mais il faut dire que nos politiques n’y mettent franchement pas du leur depuis notre arrivée. Rappelez vous cette date : nous sommes arrivés le samedi 23 août. Le dimanche 24, sans que nous nous en doutions Arnaud Montebourg faisait une nouvelle fois son malin à la fête de la rose et lundi matin en regardant les sites d’infos que voyons nous ? Plus de ministre de l’éducation nationale. La veille de la rentrée. Avec MMM on s’est demandé un instant s’il n’y avait pas poisson d’avril sous roche, mais quelques lignes plus loin il découvre l’ampleur du problème : c’est tout le gouvernement qui a démissionné, et exit trois ministres dont deux poids lourds. Quoi, comment ? Il suffit qu’on tourne le dos trois minutes pour que tout le monde se mette à faire n’importe quoi dans la mère patrie ? Nous avons donc passé notre semaine à suivre les soubresauts politiques, les nominations, les probables, les improbables, tout en nous réjouissant de pouvoir nous sentir à distance de tout cet étonnant jeu de chaises musicales.

Quelques jours plus tard, suite du spectacle : tadam ! Et oui, Thomas Thévenoud, jeune et bien éphémère secrétaire d’état à on ne sait même plus quoi démissionne. Parce qu’il a « oublié » de déclarer et de payer ses impôts pendant trois ans. Thomas Thévenoud doit être un homme bien occupé et curieusement déconnecté de l’information pour n’avoir jamais lu ou entendu dire que c’était la date limite pour déclarer ses impôts, ou la date limite pour les payer, ce que nous autres pauvres contribuables n’avons pourtant pas pu manquer. Ah ben non, en fait il n’est pas déconnecté, le pauvre souffre d’une « phobie administrative ». C’est pas un peu moche ça quand on est haut-fonctionnaire ? De là à croire qu’il s’agit d’une maladie professionnelle il n’y a qu’un pas… Et comme une révélation ne vient jamais seule, on apprend aussi que c’est un locataire indélicat, qu’il ne paye pas le kiné de ses filles et que si ça se trouve il volait des sucettes quand il était petit. Sur ce, notre maître de moralité à tous, j’ai nommé Jérôme Cahuzac himself, y va de son petit commentaire pour expliquer que vraiment c’est n’importe quoi ce qu’a fait Thomas Thévenoud parce qu’il l’a fait trois ans de suite alors que lui (oui, Jérôme, c’est moi, non je n’ai pas changé…) a commis une seule erreur il y a vingt ans et qu’il avait de bonnes chances de ne pas être découvert. Amis de la Twilight Zone bonsoir…

Mais tout cela manquait bien d’un peu de piquant, de sexe, de fureur, de potins, d’Harlequin quoi. Et oui, pour donner un vrai sens à l’Histoire de la France il manquait encore le livre fracassant de Valérie Trierweiller. A coup de citations qui tuent (excellente saillie sur les « sans-dents » évidemment) et de ce que d’aucuns analysent un peu méchamment peut-être comme des rêves déçus de midinette, Valérie T. vaudevillise la politique plus encore que les politiques n’avaient réussi à le faire tout seuls sans l’aide de personne. Rajoutez à cela le livre de l’ancienne ministre du logement et le futur livre d’une ex-ministre de l’environnement qui tirent à boulets rouges sur notre président et son gouvernement et le panorama littéraire de la rentrée est complet. Et oui, tout cela en trois semaines. Nous tremblons de savoir ce qui va arriver la semaine prochaine… Au train où ça va aurons nous encore un pays à l’été 2015 pour nos vacances ?

Vu d’ici et avec la légère distance de nous confère notre départ on pourrait presque croire que notre microcosme politique s’est donné pour mission de devenir le Djamel Comedy Club du monde. Pourquoi pas ? En ces tristes temps économiques, ambitionner de faire rire la planète est peut-être une issue. Nous en tout cas on continue à lire les infos et on rigole (jaune, évidemment).

Mais heureusement, heureusement ! Si la politique semble marcher sur la tête, Anna Wintour – la très célèbre et très redoutée rédactrice en chef du Vogue américain – nous ramène aux choses essentielles et nous apprend qu’elle n’arrivera jamais à parler chinois correctement. Et dans la foulée nous apprenons que le Club Med va probablement être racheté par le groupe chinois Fosun et devenir le Club Mer de Chine.

Alors ? L’avenir de l’occident c’est la Chine ou bien ?

 

Crédit photo : Reuters.

kiosque-journaux_1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soyez bons en calcul et validez votre commentaire :