Côtoyer les gratte-ciel à la Tour Jinmao

Aaaaaaaaah, enfin le week-end, enfin mes trois hommes avec moi et du temps pour faire des choses (et vous l’aurez compris, faire des choses = visiter). Cette semaine, j’avais prévu de relâcher la pression sur les musées (on en a vu deux le week-end dernier et le deuxième a eu un peu de mal à passer avec les enfants) et de faire quelque chose d’un peu ludique pour nos deux Beautés. Aller à l’aquarium océanographique de Shanghai par exemple. Or il n’aura pas échappé à votre sens de l’observation qu’aucun poisson ne figure sur la photo ci-dessus, ce qui laisse supposer un léger changement de programme en cours de route… C’est que nous partîmes à quatre, mais par un prompt renfort nous nous vîmes (vraiment) trois mille en arrivant au port. A l’approche de l’aquarium nous aperçûmes au loin une foule invraisemblable. Calculant que nous étions à encore 200 m de l’entrée et à ce que représente le coût des billets pour un salaire chinois moyen, nous tentâmes de nous raccrocher à l’espoir que ceci ne pouvait pas être la queue pour l’aquarium. Las, notre espoir ne survécût pas à la traversée de la rue et au préposé à la queue nous faisant signe que c’était bien par là. Et oui, il y a pire que la queue au Louvre en été après le débarquement de dizaines de cars de chinois et de japonais : il y a la queue à l’aquarium de Shanghai pendant la semaine où le billet est à moitié prix.

Nous avons tout de suite jeté l’éponge, remettant à plus tard (oui mais quand ?) une hypothétique visite avec une affluence décente. Improvisant un nouveau programme, nous avons jeté notre dévolu sur l’observatoire de la Tour Jinmao, « petite » voisine du décapsuleur avec 348 m de haut et un observatoire situé au 88ème étage seulement. Et là miracle : aucune queue à la caisse (évidemment : ils étaient tous à l’aquarium), et en route vers un nouveau sommet. L’ambiance y est moins « parc d’attraction » qu’au décapsuleur, et m’a un peu rappelé le côté suranné de l’Empire State Building. Les ascenseurs, moins futuristes que chez la voisine, raviront les amateurs de plafonds à nuages pseudo-raphaélites. 430 m et des petits problèmes de pression d’oreille plus hauts, tout le monde descend à l’observatoire. Et là, pas de chance, on avait beau avoir sous nos pieds un sol bien solide et avoir une vue beaucoup moins impressionnante qu’il y a quinze jours, Beauté Brune a été repris par la panique. Il aura fallu cinq bonnes minutes de palabres pour qu’il accepte de rester dans mes bras, le visage lové dans mon cou pour que nous puissions quand même faire le tour de la plateforme et profiter de la vue.

C’est là où j’ai sorti ma cape de Maman-man. Oui, Maman-man, l’héroïne dont le monde à besoin, celle qui est plus forte que Batman et Superman réunis, celle qui arrive à porter son fils de 22 kg d’un bras et à le rassurer en lui parlant tout en prenant des photos de l’autre main pour vous les livrer, et avec des cadrages corrects s’il vous plait. Maman-man comme m’appelle parfois Beauté Brune (et franchement, Maman-woman ça sonnerait rudement moins bien). Au bout de quelques minutes de portage yeux fermés, Beauté Brune a quand même réussi à jeter quelques coups d’oeil par dessus mon épaule, puis un peu plus qu’un coup d’oeil et même à accepter que je le pose au sol à distance respectable des fenêtres. Au bout de vingt minutes, le summum de la confiance a été atteint lorsque nous avons pu passer à côté des fenêtres, Beauté Brune me tenant simplement la main, pour redescendre par l’ascenseur. Il y a une chose qui est sûre : mon fils n’est pas Spiderman.

Quoi qu’il en soit, Shanghai vue depuis Jinmao, c’est moins haut mais tout aussi beau que vu du décapsuleur. La vue sur ses deux tours voisines est impressionnante, et l’architecture intérieure de la tour vaut à elle seule la visite. Mention spéciale pour moi sur la vue plongeante (et vertigineuse même pour une ancienne grimpeuse) sur le hall cathédrale intérieur de la tour. Se retrouver à la verticale quelques dizaines d’étages au dessus des canapés du hall, c’est à la fois magnifique et légèrement angoissant. Une très belle réussite architecturale, même si son charme extérieur a mis plus de temps à agir sur moi que la Shanghai Tower et le SWFC.

Ce sera en tout cas la dernière tour que nous visiterons avec Beauté Brune, l’Orient Pearl et son sol entièrement vitré risquant vraiment de le traumatiser. Aller, on persévère, peut-être que la semaine prochaine on aura plus de chance à l’aquarium ?

 

250px-JinMao_Tower_von_oben DSC01886 DSC01897 DSC01888   DSC01883 DSC01880

1 et 2 : Vue de la tour Jinmao depuis le décapsuleur*, et vue du décapsuleur depuis Jinmao.

3 et 4 : Architecture intérieure de la Jinmao, et vue sur la Shanghai Tower et le Huang Pu.

5 et 6 : Vue sur l’Orient Pearl et le Huang Pu, et ascenseur pseudo-raphaélite.

A la une : Vue d’en haut de la structure intérieure de la tour.

 

* Crédit photo : Mätes II / Wikipedia

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soyez bons en calcul et validez votre commentaire :