Love story à Khao Lak

Il était une fois, un charmant petit garçon né dans une famille moralement princière. Doté de toutes les qualités ou presque, ce petit prince fut bientôt dénommé Beauté Brune par tous ceux qui l’entouraient tant il était brun et beau. Un jour, alors qu’il n’avait encore que quelques mois, Beauté Brune rencontra Jolie Brunette, elle-même née dans une famille moralement princière et habitant dans le royaume du 13ème. Beauté Brune et Jolie Brunette partagèrent leurs journées et leur nounou durant deux ans et demi et grandirent en grâce et en beauté au fil des mois et des années. Ils partageaient une énergie inusable et l’envie de tout découvrir, s’aimaient d’amour tendre (et parfois un peu vache) et se courraient après pour la plus grande rigolade de leurs parents. Leurs amours vaudevillesques se jouaient sur le mode « tu essaies de m’embrasser je te fuis, j’essaie de t’embrasser tu me fuis », et aboutissaient parfois à un petit bisou entre deux trois prises de judo, Jolie Brunette ayant un don pour faire Ippon en une seule prise.

Las, cette belle histoire d’amour pris fin subitement lorsque le princier père de Jolie Brunette dû quitter le royaume du 13ème pour le Vietnam et sa petite famille avec lui. Beauté Brune en eu le coeur bien lourd et un an après parlait encore chaque jour à ses parents de sa tendre amie qu’il ne pouvait oublier. Puis le temps passa, et Beauté Brune parla moins de Jolie Brunette, refusa même de lui dire bonjour par Skype, mais jamais il ne l’oublia tout à fait.

Un beau jour, les parents de Beauté Brune partirent eux aussi pour l’Asie et eurent enfin assez d’argent pour rejoindre en vacances leurs princiers amis qui avaient entre-temps déménagé pour la Thaïlande. Beauté Brune retrouva donc finalement sa Jolie Brunette qu’il n’avait vue qu’une seule fois durant les trois années précédentes. Et voici ce qu’il se passa :

Lorsque Jolie Brunette rentra chez elle où l’attendaient Beauté Brune et sa famille, elle fut tentée l’espace de trente secondes de jouer les timides. Beauté Brune, habituellement un peu sauvage, la salua quant à lui d’un vibrant « Bonjour Jolie Brunette ! » des plus naturels, elle lui répondit sur le même ton et ils étaient partis pour dix jours où ils se montrèrent aussi inséparables que durant leurs premières années. Nul n’aurait pu dire qu’ils avaient été si longuement séparés, tous s’étonnèrent de les voir si naturellement proches et complices, comme si le temps et l’espace de ces trois années avaient été immédiatement abolis. Dès le premier soir, il ne fut pas question qu’ils se lavent autrement qu’ensemble, ni qu’ils se lâchent la main ou s’asseyent à table autrement qu’à côté l’un de l’autre.

Au troisième jour de notre séjour, à notre arrivée sur la plage enchanteresse de Khao Lak, Beauté Brune nous dit tout naturellement : « ben oui, on est amoureux », et elle renchérit en passant « je vais me marier avec lui ». Rajoutant après un bref instant de réflexion « ou avec Alexis, je ne sais pas encore ». C’est vrai, à cinq ans il vaut mieux se garder un plan B au cas où quelque chose tournerait mal avec le plan A. Cette Jolie Brunette n’avait pas ses deux hémisphères dans le même sabot, et les quatre princiers parents approuvèrent sa prudence. Durant les quatre jours passés dans ce séjour paradisiaque, le prince et la princesse se comportèrent comme tous les amoureux du monde. Ils passèrent tout leur temps ensemble, nagèrent de concert dans la piscine, jouèrent dans le sable, roucoulèrent en se racontant mille histoires, se prirent par la main, se caressèrent les cheveux, se regardèrent dans le blanc des yeux, se prirent par les épaules ou par la taille, firent de la balançoire au coucher du soleil, coururent sur la plage, chabadabada, chabadabada… Et comme nos héros n’avaient que cinq ans, il firent aussi des pâtés de sable, jouèrent à effacer toutes les traces de pas de la plage, pleurèrent parce qu’ils s’étaient cogné le genou et râlèrent pour avoir des frites et des glaces au déjeuner.

Dans le vol de retour vers Bangkok, Jolie Brunette commença à jouer à papa-maman avec Beauté Brune qui approuva ce qu’il aurait ordinairement condamné sans appel d’un « c’est un jeu de fille ! ». Jolie Brunette mis son doudou-lapin sous son t-shirt en annonçant « là j’attends un bébé, et là le bébé est sorti ». Tendant le bébé à Beauté Brune, elle lui demanda de le nourrir ce qu’il fit volontiers tout en expliquant à ce dernier qu’il ne pouvait pas encore jouer à la tablette parce qu’il était trop petit… Ils jouèrent donc au papa et à la maman jusqu’à notre départ pour Shanghai, se disputant même dans le bain pour savoir qui allait nourrir le bébé (cette fois un baigneur appartenant à Jolie Brunette). Les princiers parents rigolaient doucement, se disant « vous verrez quand ce sera un vrai, vous vous disputerez plutôt pour savoir lequel doit se lever pour aller le nourrir au milieu de la nuit ». Les princiers parents sont parfois cyniques.

Après ce séjour à l’eau de rose, nous nous attendions à ce que Beauté Brune s’attriste de notre départ et de cette nouvelle séparation, mais il a trouvé une parade : il a invité sa belle avec grande insistance à venir à Shanghai pour son anniversaire et compte bien qu’elle y viendra. Son plan est tout tracé : il lui a bien recommandé de prendre l’avion la veille pour être là le jour J. On a eu beau lui expliquer que ce serait sûrement difficile puisqu’il est né à la rentrée et non pendant une période de vacances, Beauté Brune est encore à un âge où la réalité doit trouver un moyen plier devant son désir. Mais au moment de partir il n’a pas pleuré et a même dit au revoir à tout le monde sans bouder, ce qui constitue en soi une sorte de miracle. Il semble cette fois avoir bien compris que Jolie Brunette n’allait pas totalement disparaître de sa vie même si elle habitait dans un autre pays, et que nous pourrions la revoir (relativement) bientôt.

Nous avons d’ailleurs bien l’intention de la revoir et ses princiers parents avec elle, puisque nous avons passé avec eux nos meilleures vacances depuis longtemps. Et ce n’est peut-être qu’un début puisque Jolie Brunette a une petite soeur de l’âge de Beauté Blonde, Jolie Blondinette. Peut-être l’histoire se finira-t-elle par un double mariage comme dans les contes, qui sait ?

 

GrandBondMilieu_Love_story

6 Comments

  1. Pourquoi pas…. Y’en a bien « des » qui se sont retrouvés 36 ans plus tard avec (presque) le sentiment de s’être quittés la veille !

  2. Fabuleuse histoire! Tres joliment contée et pleine de romantisme!

    Et voilà en tout cas de futur preneurs d’avion promettant une vie d’expatriés.

    • Effectivement, pour les prochaines années en tout cas ils risquent d’être des serial voyageurs, et peut-être de reproduire les errances géographiques de leurs parents à l’âge à adulte qui sait ? A suivre… 🙂

  3. Très émouvant ! Je redoutais le départ de Thaïlande pour Beauté Brune et donc une nouvelle séparation, mais il a percuté qu’une séparation n’est pas une disparition ! Un nouveau grand chagrin aurait été de trop pour ce grand sensible…
    Tu pourrais écrire des histoires et contes pour enfants !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soyez bons en calcul et validez votre commentaire :