J-30 : même pas mal !

Et oui, déjà J-30 avant le Grand Bond. Et cette fois ce n’est même pas un calcul approximatif à demi bancal comme à J-60 puisque nous avons nos billets pour le départ (gniiiiiiiiiiiiiiiiiii !) et que nous connaissons donc à la minute près (modulo un éventuel retard) le moment du Grand Bond : ce sera donc le 22 août à 23h30, avec un nouveau vol de nuit rock’n roll avec nos gremlins (cette fois on sortira le t-shirt AC-DC de Beauté Blonde, ça nous changera du Rolling Stones. Avec nous, rock’n roll is not dead !).

Alors me direz-vous, qu’est-ce que ça fait d’être à J-30 ? Et bien pour l’instant cela semble surtout assez irréel, comme si en réalité nous n’allions jamais partir. C’est sûrement parce que nous sommes pour un bref moment passés dans l’oeil (tropical) du cyclone, loin de l’agitation vortexienne d’il y a un mois (mais certainement pas que). Comment croire que dans 30 jours on sera plongés dans une gigantesque mégapole asiatique quand on a les pieds dans le sable dans la journée et la nuit les yeux rivés sur une voie lactée remarquablement visible ? Pour l’instant Shanghai parait loin, loin, loiiiiiiiiin. D’ailleurs, en vrai c’est effectivement encore assez loin. Certes 9112 km c’est un tout petit peu plus près que depuis Paris (9262 km, rappelons-le) mais la Chine ça reste l’autre bout du monde, même ici.

Notez que nous faisons de louables efforts pendant nos vacances pour nous préparer à notre prochaine vie puisque l’amie chez qui nous logeons, Linda-Cheval-de-Feu, lé chinoi (en créole dans le texte, je suis une incroyable polyglotte : mi koz kréol (ou presque)). Du coup entre les chop suey de son papa, la déco chinoise semée un peu partout dans la maison et la soirée horoscope chinois, on se règle en douceur sur notre prochain décalage (mais à la cool, version réunionnaise). Alors disons-le carrément : pour mes cours de chinois, elle n’a été d’aucun secours, mais au point où j’en suis je me résous maintenant à ne commencer mon apprentissage qu’une fois sur place. Pas de vacances studieuses, c’est mauvais pour la récupération et le stress. Alors tant pis, je ne serai pas la parfaite petite élève sur ce coup là, il va falloir que je temporise ma névrose scolaire.

Aller, on va encore profiter un peu de ce petit bout de France avant de se plonger pour de bon dans la tornade chinoise. Et quelque chose me dit que c’est le calme avant la tempête. Heureusement soley lé la (« le soleil est là », je vais peut-être troquer l’apprentissage du chinois contre celui du créole moi…).

 

Pieds_plage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soyez bons en calcul et validez votre commentaire :