6 semaines 1/2

This Autumn, don’t miss the last movie by Ang Lee, starring MMMickey Rourke and Tara Basinger : Six 1/2 weeks.

Vous tremblez (voire vous frémissez) ? Vous pensez (espérez ?) que je vais me livrer ici à mon premier essai d’écriture erotico-perverse façon 50 shades of grey ? Et non lecteur, non, ceci est un blog familial et grand public et malgré mon aguichante introduction je m’apprête à vous livrer un petit bilan absolument pas émoustillant de nos premières 6 semaines 1/2 à Shanghai.

6 semaines 1/2. Ce fut court et long à la fois, doux et parfois légèrement amer, exaltant mais aussi épuisant. Nous avons déjà vu et vécu énormément de choses nouvelles, mis en place l’essentiel mais sans encore réussir à nous sentir totalement installés. Ce n’est plus la nouveauté du tout début, ni encore le rythme de croisière : une sorte d’entre-deux un peu bancal qui cherche son équilibre à tâtons. Il nous faudra sans doute encore quelques semaines ou quelques mois pour nous sentir vraiment intégrés ici.

La météo a également atteint un point d’inflexion : à Shanghai l’automne semble enfin s’avancer et la fraîcheur s’installer. Nos petites laines ont fait leur première sortie. Nouvelle saison et vraie rentrée pour nous ? Le moment rêvé pour faire un bilan de nos six semaines et demi de premier été shanghaien.

Tout ce qu’on a déjà fait…

1. Rentrer à l’école pour Beauté Brune, et quelques semaines plus tard pour Beauté Blonde. Avec des hauts et des bas pour les deux. Notre hérisson d’amour de Beauté Brune a un peu de mal à digérer ce grand changement et à se discipliner en classe pour le moment, notre petit sparadrap de Beauté Blonde trouve difficile de laisser partir sa maman tous les matins. Rôdage en cours, la semaine de vacances (et l’emménagement) ont fait du bien à tout le monde même si pour l’instant c’est encore largement mention « peut mieux faire ».

2. Démarrer le travail pour MMM, et depuis peu également pour moi (youpiiiiiii !). Au menu pour MMM : des collègues de travail sympas, les premiers déplacements qui commencent et beaucoup de choses à créer sur ce poste. Pour moi : également des collègues sympas, le bonheur de recommencer à travailler (je mesure ma chance d’adorer mon travail) et beaucoup de nouvelles choses à apprendre car on me sollicite sur des problématiques nouvelles. Energie dépensée : maximale. Fatigue nerveuse : quand on aime on ne compte plus.

3. Prendre nos marques dans la vie quotidienne : où faire ses courses, où trouver LE machin qui vous manque, quoi commander sur internet. Tout n’est pas encore parfait, il nous manque souvent quelque chose, et le plus fatiguant au quotidien c’est qu’il est impossible de faire toutes ses courses au même endroit. Il faut fractionner en fonction des produits comme au marché, sauf que les commerçants ne sont pas les uns à côté des autres. Faire les courses à Shanghai c’est vraiment du sport.

4. Trouver une ayi. L’ayi, ou tante maternelle en chinois, c’est l’indispensable employée de maison à tout faire : garder les enfants, faire le ménage, la cuisine, les lessives, le repassage, tout. Mission accomplie pour nous au début de la 4ème semaine, et jusqu’ici nous sommes plutôt chanceux. Gentille, bosseuse, très sympa avec les enfants et parlant (mal) dix mots d’anglais, elle sera ma meilleure opportunité de bosser mon mandarin au quotidien. Pour l’instant c’est surtout l’occasion d’avoir beaucoup de mal à se comprendre et d’en rire des deux côtés. Et elle m’a permis de commencer le boulot, bénie soit-elle !

5. Emménager, ranger presque tous les cartons, monter les meubles des enfants et se payer le luxe d’avoir déjà entamé la phase « déco » (un peu). Et corrolaire : faire notre premier tour chez IKEA. C’était en semaine, il n’y avait personne, on a retrouvé tous les Klukbloück et les Justrøvul qu’on avait chez nous, Beauté Brune était tout content de pouvoir choisir le même lit et la même housse de couette qu’à Paris. IKEA c’est vraiment trop Njüt !

6. Commencer les cours de chinois. Pour l’instant nous sommes encore dans les premières étapes, c’est à dire apprendre à prononcer les sons et à lire le pin yin, et rien que cela est tout à fait poétique. Ça ira sûrement mieux lorsqu’on aura le temps de travailler entre deux leçons, pour l’instant je me sens retomber en enfance avec l’envie de dire à ma prof que j’ai oublié mon cahier…

7. Terminer le rodéo administratif pour MMM et les enfants : working permit, residence permit, tout est en ordre et dûment tamponné. Circulez, ya plus rien à faire (jusqu’à l’année prochaine).

.. et tout ce qu’il nous reste à faire.

1. Finir de déballer les derniers cartons aériens (et faire de la place pour réceptionner notre fret maritime d’ici quelques jours). Commencer à personnaliser un peu notre appartement en partant à la chasse au bibelots, aux peintures, aux petits meubles, bref la partie sympa de l’emménagement.

2. Pour Beauté Brune, trouver un moyen d’apaiser la grosse colère qui l’anime depuis quelques mois et retrouver un plus grand plaisir à aller à l’école. Et aussi se faire de vrais copains et organiser un goûter d’anniversaire (en retard) avec eux.

3. Prendre le temps de me mettre vraiment au chinois et apprendre à dire deux trois choses plus utiles que « je m’appelle Tara ». Ne plaçons pas la barre trop haut : savoir indiquer une adresse à un taxi ou demander un prix pour des légumes sera déjà merveilleux.

4. Visiter tous les musées de Shanghai que nous n’avons pas encore vus, et même soyons fous, sortir de Shanghai pour voir la Chine, la vraie !

5. Organiser une pendaison de crémaillère avec nos quelques connaissances (oui, ceci est un embryon de vie sociale locale).

6. Faire un planning des visites de tous ceux qui ne manquerons pas de venir nous voir et étrenner notre chambre d’amis en accueillant les premiers.

7. Aller faire un saut à Hong Kong pour mon visa Z (en oubliant mon parapluie ?), parce que si MMM et les enfants sont en règle je suis encore pour quelques jours une simple touriste en Chine. Et ensuite passer moi aussi dans la lessiveuse administrative chinoise avec nouvelle visite médicale, et tas de paperasse absconse à faire tamponner avant d’atteindre à mon tour le Graal du residence permit.

Bon, il nous reste encore un peu de pain sur la planche mais je vais quand même m’auto-congratuler en me disant qu’on a bien avancé en si peu de temps. Et je crois que malgré les moments où mes amis et ma famille me manquent (intensément), malgré les inévitables petits craquages (moi aussi je suis une fille sensible), malgré le souci que je me fais pour Beauté Brune, malgré la fatigue et les tensions inévitables liés au Grand Bond je crois quand même que  I♥SH !

 

Crédit photo : Les lanternes du mid-automn festival à Hong Kong par Sassy Mama HK

 

Lantern-pic

 

 

3 Comments

  1. Effectivement que de changement en si peu de temps! De te lire me donnerai envie de tenter l’experience! bon courage avec tes Beautés tu trouveras une solution pour qu’ils se sentent comme chez eux!!
    bisous

    • Oh ben nous on serait ravis de vous accueillir ici, mais de votre campagne à Shanghai j’ai comme l’impression que ça risque de vous faire un petit choc en terme de rythme de vie et de qualité environnementale :o)
      Bises !

  2. Bravo ma fille pour le travail accompli (bravo à partager avec ton MMM bien sûr !).
    Beauté Brune a vécu certainement le plus grand chambardement de sa jeune vie et c’est bien dérangeant et déroutant malgré les belles nouveautés et découvertes. Le calme va revenir avec le temps …. mais c’est fatigant, nous compatissons tous !!!!
    J’ai hâte de venir vous voir en vrai car vous me manquez très beaucoup beaucoup. Ce sera certainement après le 15 décembre, le temps de clore ma période Travail et d’organiser la période suivante (Youpiiiiii moi aussi).
    J’ai hâte de m »occuper de mes deux petites Beautés, de les embrasser, de les faire rire et de leur apprendre une chose ou deux ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soyez bons en calcul et validez votre commentaire :