Faire ses raviolis chinois (JiaoZi) : trop facile !

Profitant de la présence de mes meilleures-amies-pour-la-vie venues me voir à Shanghai pour une semaine, j’ai organisé avec notre ayi un petit cours de raviolis chinois (Jiaozi) à la maison. Nous voilà donc désormais capable de réussir des jiaozi maison au porc, et nous ne sommes pas peu fières de nous car nos raviolis avaient vraiment une bonne tête. Au point que nous avons obtenu les félicitations de notre maître ès Jiaozi, et ça ça compte dans la vie d’une taitai. Et surtout, surtout nous nous sommes vraiment bien amusées et les enfants avec nous.

Voici donc pour vous la recette des jiaozi au porc de notre ayi-cordon bleu, avec en bonus la démonstration filmée de la technique de pliage pour que vous puissiez vous lancer et les faire à la maison vous aussi. Si nous l’avons fait, je vous assure que vous aussi vous pouvez !

Ingrédients (quantités pour beaucoup, beaucoup de raviolis) :

  • un bon nombre de petits ronds de pâte (environ 6 cm de diamètre), en vente dans tout bon supermarché chinois (ou recette illustrée ici pour les courageux qui sont prêts à la faire eux-même).
  • 500 g de porc haché (ou émincé très fin)
  • 3 oeufs entiers (ou plus si vous voulez que ça « gonfle » à la cuisson)
  • 2 petits poireaux
  • 2 ou 3 branches de céleri
  • gingembre
  • sauce soja
  • huile
  • sel, poivre

Préparation de la farce :DSC04320

Dans un saladier mélanger (avec des baguettes évidemment) les ingrédients en remuant toujours dans le même sens. Les proportions du mélange sont :

  • 12 quantités de viande
  • 2 quantités de poireau haché très fin
  • 3 quantités de céleri haché très fin
  • 1 quantité de gingembre haché très fin
  • 3 oeufs
  • assaisonner à votre goût avec sauce soja, un peu d’huile, sel et poivre

Pliage des raviolis :

Une démonstration en image vaut mieux que trois pages d’explications…

 

Cuisson :DSC04340

Poser les raviolis les uns à côté des autres dans une poêle à fond plat, dans un peu d’huile et d’eau déjà chaudes, sur feu moyen. Couvrir et laisser cuire quelques minutes. Lorsque le dessous des raviolis est grillé, c’est qu’ils sont prêts.

Et si vous voulez une recette alternative, celle-ci m’avait également l’air très bien : recette illustrée de Philippe Wang. Alors, ça donne pas envie de se lancer ? Aller, prochaine étape je demande à Ayi de me montrer comment elle réussit ses délicieux légumes à la chinoise et je vous en fait profiter. C’est MMM qui va être content que j’augmente enfin mon niveau de compétence culinaire…

 

DSC04322

7 Comments

  1. Oui, moi aussi ça me donne envie d’essayer (je salive, évidemment il est 11h30), il faut juste que je trouve la pâte dans notre contrée retirée et loin de la Chine, Figeac peut-être ? mais ce ne sera pas pour tout de suite). Y’a pas à dire, la couture ça mène à tout, y compris aux petits-plis-raviolis.
    Bisous, mais heureusement de loin car la grippe a envahi le Lot et je m’en sors à peine.

    • Si tu te sens le courage, tu as aussi la possibilité de faire toi-même les petits ronds de pâte en regardant la recette de Philippe Wang dont j’ai indiqué le lien. Il faut probablement se prévoir l’après-midi entier pour les raviolis mais ça évite l’aller-retour à Figeac pour rentrer bredouille du magasin chinois 😉
      Bon courage pour la convalescence de grippe, elle est à Shanghai aussi et MMM est en plein dedans…

  2. Je t’avais dit que tu réussirais : c’est gagné !
    L’atelier cuisine a dû être très joyeux !!!!!
    C’est vrai que cela fait envie, à manger bien sûr et à fabriquer aussi ! je fais partie des privilégiés qui ont goûté les raviolis de l’ayi : on s’était régalé ! Salue la de ma part et remercie la pour le partage de ses recettes, qui vont faire le tour de France des amis dans un premier temps avant de faire le tour du monde ….
    Je vois que la grippe fait des ravages partout ; pour l’instant j’y échappe encore ! J’embrasse de loin ceux qui en sont atteints en leur souhaitant courage et patience. :+))

    • En faire un ou deux, ça paraissait possible, mais j’avoue avoir été surprise d’avoir pris le coup de main assez rapidement, et c’était effectivement assez joyeux avec tout le monde dans la cuisine et les enfants qui voulaient participer à leur manière. Un joyeux bazar quoi…
      Et maintenant reste à se lancer en solo et à expérimenter des changements de farce. Miam ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soyez bons en calcul et validez votre commentaire :