Hangzhou : se mettre au vert à une heure de Shanghai

La Chine fêtait ce week-end Qingmíng Jié (ou fête des morts) faisant coïncider pour une fois notre dimanche de Pâques et la « Toussaint » locale. Pour faire bonne mesure, les écoles des enfants étaient fermées lundi et même MMM avait droit à une journée de congé : l’Empire du Milieu connait lui aussi une période de ponts en avril-mai, ce qui nous permet de garder nos petites habitudes françaises à l’approche de l’été.

Nous avons donc profité de ces trois jours pour aller nous mettre au vert à Hangzhou, dont le Lac de l’Ouest est renommé dans la Chine entière comme le plus beau du pays. J’avais particulièrement hâte de découvrir les abords bucoliques du lac, d’en faire le tour en vélo en profitant du paysage. Bucolique, verte, Hangzhou l’est absolument. Mais tout comme la campagne normande, son vert doit beaucoup à une hygrométrie généreuse et nous avons été servis dans toutes les formes d’humidité possibles en nous y promenant. Brouillard, crachin, bruine, petite pluie, moyenne pluie, grosse pluie, orage tonnant, ce week-end Hangzhou était placée sous le signe de l’eau et nous avec. La seule eau que nous avons eu beaucoup de mal à voir était celle du lac, nappé qu’il était dans d’épaisses nappes de brouillard. Voici tout ce que nous avons pu en deviner du haut de la pagode Leifeng (le gris légèrement plus foncé que le ciel c’est le lac) :

 

Evidemment, nous n’en avons pas fait le tour en vélo, trop attentifs que nous étions à nous mettre aux abris à toute nouvelle averse. Cela ne nous a pas empêchés nous promener sous nos capuches et de profiter de la verdure couvrant les collines alentours, la faible luminosité et l’humidité faisant d’autant mieux ressortir les nuances de vert et les tâches colorées des fleurs. On ne se refait pas, donc nous sommes évidemment partis explorer quelques temples et pagodes, à commencer par le Temple du Dieu Protecteur de la Ville, dont la grande pagode carrée juchée au sommet d’une colline et les pavillons alentours noyés dans la végétation offrent un très agréable moment de calme, bien loin de la foule qui sillonne les rues commerçantes à ses pieds. Lorsque les fidèles font sonner l’énorme cloche et qu’elle résonne longuement sur la colline, Shanghai parait vraiment loin.

Nous avons également poussé jusqu’à la belle pagode Leifeng, qui domine la berge sud du lac et offre (par beau temps donc) une magnifique vue sur celui-ci. Elle s’avère aussi majestueuse à l’extérieur qu’intéressante à l’intérieur, le premier étage exposant en particulier huit grands panneaux de bois sculptés retraçant la légende du Serpent Blanc dont l’un des épisodes finaux se déroule justement à la pagode Leifeng. La visite vaudrait la peine rien que pour aller voir ces panneaux exceptionnellement et finement travaillés. Il faudra d’ailleurs forcément que nous y retournions puisque comme de juste j’ai séché sur toutes les questions que Beauté Brune m’a posée sur le Serpent Blanc : je ne pourrai passer qu’au rattrapage pour ma nouvelle thèse sur les contes et légendes traditionnels de Chine, c’est un peu décevant… A ne pas manquer non plus au dernier étage : le plafond doré orné de centaines de bouddha et d’une grosse fleur de lotus.

Enfin, nous avons découvert le musée national de la soie, qui présente à la fois le procédé de fabrication (avec explications essentiellement en chinois mais heureusement beaucoup d’images), une collection de soies anciennes brodées et les différentes techniques de broderies et de tissages (après ça les plus attentifs seront incollables sur les différences entre un brocard et un satin), une exposition de métiers à tisser et évidemment un magasin à la sortie pour celles et ceux qui ne souhaitent pas repartir sans échantillon de soie chinoise. Une belle visite, et qui depuis la pagode nous a permis de parcourir un long et magnifique jardin parsemé d’étangs et de petits ponts, rappelant que les chinois sont aussi de grands maîtres dans l’art du jardin.

Pour ce qui est de la météo familiale, du côté des enfants le baromètre ne s’est pas contenté d’osciller autour de « variable » mais a le plus souvent flirté avec « avis de tempête ». Est-ce la météo capricieuse qui fait cet effet là à nos Beautés ou tentent ils de saboter nos week-ends pour nous faire passer l’envie de les éloigner du lecteur de DVD ? A l’heure où j’écris, je n’écarte encore aucune hypothèse. Après avoir tenté la patience, l’humour, les menaces, les punitions, les hurlements et même les fessées sans aucun résultat probant, MMM et moi avons envisagé plusieurs solutions innovantes pour les faire revenir à la raison et nous assurer un week-end plus agréable : 1) appeler l’exorciste, Beauté Blonde semblant à l’évidence en avoir un besoin urgent, 2) abandonner nos enfants dans les bois, après s’être bien assurés qu’ils n’avaient aucun petit caillou blanc dans leurs poches, 3) les louer ou les vendre à l’un de ces chinois imprudents qui les gratifiaient d’un « so cute » en passant (oui, so cute, mais malheureusement pas plus de trente secondes). Finalement nous avons opté pour la solution 4 : ne rien mettre en oeuvre de concret mais les menacer du n°3 dès que la coupe était pleine, c’est à dire souvent. Beauté Brune a trouvé notre humour vraiment pas drôle, mais mieux vaut un peu d’humour noir que de finir par les noyer dans le lac invisible, pas vrai ?

Lundi matin, nous nous sommes réveillés au son des cris de Beauté Blonde (maman ! maman ! maaamaaaan !) à 5h30, qui est comme chacun sait l’heure rêvée pour simplement faire part à ses parents qu’on est réveillé et qu’on n’a pas la moindre intention de rester calmement dans son lit. Qui est aussi comme on le sait moins l’heure où les-dits parents regrettent finalement de ne pas avoir appelé l’exorciste. Devant l’impossibilité de nous rendormir pour cause d’enfant possédé allongé entre nous et de coups de tonnerre faisant trembler les vitres, nous avons décidé à 6h30 de rentrer à Shanghai illico pour retrouver un peu de douceur dans notre home sweet home d’où je rédige ces lignes les pieds bien au sec.

Bon, avouons-le : notre première rencontre avec Hangzhou ne fut pas des plus réussies, mais la ville n’y est pas vraiment pour grand chose. Je crois qu’il faudra lui laisser une deuxième chance et faire cette fois le tour du lac à vélo (je rêve absolument de faire le tour du lac à vélo). Et cette fois on commandera le beau temps.

 

GrandBondMilieu_Hangzhou

4 Comments

  1. Superbe !!!! Et tout ce qui touche aux étoffes m’intéresse (c’est dans mes gênes) donc la soie étant une des plus belles … ceci dit, en ce moment, avec mes mains rapeuses en raison d’un jardinage intense avant notre départ pour le Vercors (après-demain), je n’apprécierais pas assez son soyeux.
    J’espère qu’avec toute cette eau, vous avez fini avec un verre de bon vin ??? Heu…. si vous aimez ça bien sur et si vous en trouvez . Est-ce que vous en trouvez là-bas ? Probablement et probablement du vin français bien qu’ils n’aient pas encore tout racheté ici !!

    • Non, nous n’avons pas noyé notre déception dans le vin… On en trouve ici mais assez cher, et la bonne surprise c’est que les chinois se mettent à en produire et qu’ils en font même qui sont très très buvable… La reproduction de savoir-faire ça les connait…
      Bon week-end dans le Vercors, et la bise à ta fille et à son fils.

  2. Temps humide et enfants terribles certes, mais quelle beauté !!!
    Ça mérite de revenir à Hangzhou rien que pour la ballade à vélo. J’ai un même regret à propos d’une ballade à vélo manquée sur l’île de Bréhat (Côtes d’Armor) ; j’y retournerai et je traverserai l’île sur mon vélo ! Na ! …Heu …cette manie serait-elle héréditaire ?…
    Belle surprise que ce week end prolongé inattendu pour la Chine . C’est le seul de l’année ?

    • Et non, c’est pas le seul, il y a aussi le week-end du 1er mai (évidemment férié), ce n’est pas autant que chez nous mais deux week-end prolongés plus les vacances des enfants, c’est déjà pas mal 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soyez bons en calcul et validez votre commentaire :