Bye-bye Dong Tai Lu

Quand je vois la pluie diluvienne qui s’abat sur nous depuis hier, et qui devrait nous tenir compagnie jusqu’à la semaine prochaine, j’ai une envie subite de me rappeler à quoi ressemble Shanghai lorsqu’il fait beau. Parce que la saison des pluies c’est exotique, ça permet de partir travailler en bottes en caoutchouc et en cape de pluie façon randonnée, mais ça contrevient quelque peu à l’idée que je me fait de l’arrivée de l’été. Prenez la piscine extérieure de notre résidence : elle ouvre vendredi, ce qui est sur le papier une excellente nouvelle pour des enfants bientôt en vacances. Sauf que, sauf que la météo nous promet une légère amélioration du temps avec « seulement » 10 mm de pluie ce jour là. D’où ma conclusion : le climat shanghaien est un mélange unique de climat tempéré (l’hiver comme à Paris, la pluie en moins) et tropical (l’été comme à Delhi, le poulet tikka en moins), un climat tempical exclusif. Une fois qu’on le sait, il reste à se faire une raison et à devenir une élégante working rubber girl.

Alors pour lutter contre l’humidité, faisons remonter les souvenir des beaux jours. Et parmi les chouettes souvenirs récents de jours de grand beau, il y a eu un petit – et sans doute dernier – tour à Dong Tai Lu. Dong Tai Lu, c’est (c’était ?) le fameux marché aux (fausses) antiquités de Shanghai. Ses petites boutiques occup(ai)ent deux modestes ruelles sans embêter personne quand les promoteurs immobiliers avides de hauts buildings ont convaincu la municipalité de les exproprier pour la gloire de l’architecture verticale. Après des mois à nous annoncer sa fermeture et sa disparition, le temps est enfin venu de vraiment dire bye-bye Dong Tai Lu : les destructions des immeubles environnants étant largement entamées (et peut-être même terminées à l’heure où je vous écris). Les boutiques tenaient encore debout mais étaient cernées par les bulldozers, tout cela sentait déjà la fin. Demain, après-demain, dans quelques heures, Dong Tai Lu ce sera bel et bien fini.

On ne pourra donc plus se promener dans cet incroyable amas de figurines révolutionnaires, de pins à la gloire de Mao, de potiches faussement anciennes, d’abats-jours des années 50, de copies de statues, de dragons en faux bronze, de costumes brodés, d’affiches du Shanghai des années 30, et de tout un bric-à-brac poussiéreux de marché aux puces où tout est « very cheap » et « hen pianyi » mais où il faut diviser les prix par six pour ne pas trop se faire rouler dans la farine. Cela m’a donné une envie urticante de m’acheter une petite figurine de danseuse révolutionnaire pistolet au poing. Seul un doute sur l’endroit où cet objet pourrait bien convenir chez nous m’a retenue. Les quelques vrais antiquaires sont aussi en train de plier bagage, mais si tout doit disparaître ne comptez pas trop sur les soldes massives : les chinois ont la bosse du commerce et ce n’est pas trois bulldozers qui leur feront perdre le nord.

Après la fermeture, il restera tout de même le marché aux insectes et aux oiseaux pour aller prendre une bouffée d’ambiance typiquement chinoise dans le quartier… Alors si vous apprenez dans quel coin de Shanghai tout ces petits vendeurs vont aller se loger surtout faites moi signe, je referai bien une ballade aux puces avant mon départ de Chine. Je vais peut-être finir par me l’acheter ma petite danseuse chinoise…

 

Marché aux antiquités de Dong Tai Lu : Dong Tai Lu (proche de Hubin Lu). 

Marché aux oiseaux et aux insectes : Xizang Lu, à deux pas.

DSC05327

 

8 Comments

  1. Il n ‘y a pas également le marché « aux célibataires » où les parents se promènent avec des pancartes vantant les mérites et les salaires de leurs fils ou les exigences de leurs filles ?

    • Il parait que si, mais j’avoue n’avoir pas encore tenté ma chance par là-bas, je ne suis pas certaine que MMM le prendrait bien 😉

  2. Coucou,
    Je conseille un petit tour vers Duolun Road. Il n’y a pas autant « d’antiquaires » que sur Dongtai Road, mais on y trouve tout de même quelques uns. Et la rue en elle même est bien sympathique.

    Sinon, je suis moi aussi preneuse si quelqu’un sait où ils comptent déménager. Je soupçonne Taobao d’être la réponse…

  3. Ah bin zut alors …!! je suis venue sur Shanghai en février et ai bien sûr fait quelques achats dans cette petite rue bien sympathique, si j’avais su…. c’est bien dommage que les tours prennent le pas sur tous les quartiers, à Wuhan le vieux bazar est lui aussi entrain de disparaitre pour des malls de luxe….

    • Et oui, vous avez fait partie des dernières à pouvoir y faire vos emplettes… Dommage en effet que les malls grignotent tout, d’autant qu’il y en a déjà partout…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soyez bons en calcul et validez votre commentaire :