La Chine éternelle à Yu Yuan Garden

En postant hier mon billet sur l’aquarium de Shanghai, j’ai été assaillie par le doute. N’étais-je pas en train de lasser mes lecteurs, voire de les rebuter, à force de descriptions touristiques assorties de petites anecdotes « 36 15 mavieformidable ». Et puis ce matin un mail de mon amie Wonder Sage-Femme m’annonçait que justement l’aquarium commençait à lui donner furieusement envie de venir me voir ici. Pour ne pas demeurer en reste, Magic Soprano qui complète notre trio a renchéri : elle attendait de pied ferme la description de notre ballade en famille de la matinée. Subitement regonflée par ce sondage hautement non-représentatif je vais donc continuer à vous abreuver de nos petites pérégrinations dans la ville, au moins jusqu’à ce que Wonder Sage-Femme achète un billet pour venir nous voir. Ceux qui voudraient voir cesser ces billets touristiques peuvent éventuellement envoyer une participation à l’achat de son billet (écrire à la rédaction qui fera suivre).

Donc : pérégrination du jour. Ce matin, levés tôt (comme tous les matins : les enfants ont pris le pli de l’horaire du car scolaire d’où un branle-bas de combat pour tout le monde dès 6 h, dimanches compris), nous nous demandons « mais qu’allons nous faire pour occuper la matinée ? » C’est qu’une matinée qui commence à 6 h avec deux enfants petits et follement vivants, c’est vite très très (très) long. Heureusement, un beau soleil nous permettrait d’envisager une ballade en extérieur, donc direction les jardins délassants (ou Yu Yuan Gardens) situé en plein coeur du vieux Shanghai. Nous avions déjà fait un saut à Yu Garden, ou plutôt dans les bazars qui l’environnent au mois de mars : c’est là que j’avais acheté un t-shirt Mao à Beauté Brune, et j’avais eu l’impression qu’il s’agissait d’un quartier construit de toutes pièces pour le bonheur des touristes. Ce n’est pas totalement faux mais l’ensemble architectural donne le change et fait rêver au vieux Shanghai et à la Chine éternelle en attendant la Cité Interdite.

Après la traversée du bazar déjà bien fréquenté à 8h30, pénétrer dans les jardins offre une agréable parenthèse de calme. Dès l’entrée, on oublie l’agitation des échoppes touristiques et des vendeurs d’articles de contrefaçon, on s’abstrait de la ville et des trépidations constantes des chantiers de construction voisins. Étions-nous vraiment encore à Shanghai ? Encore peu fréquentés à l’heure où nous y étions, nous avons pu parcourir les jardins, les pavillons et longer les bassins dans la sérénité et une quasi-solitude (quasi, finalement on est quand même à Shanghai). Les enfants semblaient ravis, Beauté Brune nous répétant sans cesse « oh, c’est très beau, bon on continue ? » et Beauté Blonde rugissant à chaque lion sculpté que nous croisions (et il y en a beaucoup). Notre cadet ne parle pas encore mais il rugit très bien.

Alors que sont ces jardins délassants ? Un jardin, un palais, une folie construite sur deux hectares par la famille Pan, de riches dignitaires de la dynastie Ming. Terminé en 1577, il fut détruit par un bombardement pendant la guerre de l’opium (1842) et saccagé par les français dont la concession avait été attaquée (mais est-ce une vraiment une bonne raison pour détruire un tel jardin Ming ?). Aujourd’hui restauré, on ne se douterait pas une seconde qu’il a été détruit tant tout semble avoir toujours été là. Même la décrépitude de certains murs rajoute au charme et à l’authenticité du lieu. Chaque pavillon, chaque rocaille, chaque mur ou presque porte un nom : la tour des Mille fleurs, l’exquis rocher de Jade, le mur du Dragon, le pavillon de l’Annonce du Printemps, on a hâte de les voir rien qu’à les nommer. Réputé de petite taille (effectivement, deux hectares c’est petit par rapport à Versailles, mais tout de même un peu plus vaste que la plupart de nos habitations) la succession de petites cours, de dédales de passages, de portes, de pavillons donnent l’impression d’un véritable palais. J’ai eu un vrai coup de coeur pour la succession des portes percées dans les murs : rondes, ovales, en forme de flamme ou de vase, pas une ne se ressemble et toutes nous disent que nous sommes bien en Chine.

En explorant le dernier dédale avant la sortie, nous avons eu la chance d’assister à un concert dans ce qui semblait être un pavillon de réception. Les instruments, presque exclusivement des percussions, étaient tous faits de porcelaine et avaient une musicalité étonnante. La porcelaine sonne magnifiquement. Beauté Blonde est resté fasciné par le spectacle avant d’esquisser un pas de danse (il n’est pas difficile, il danse sur tout : du classique, du rock, du reggae, du metal, du R’n B et même de la musique chinoise donc), se taillant un certain succès parmi le public local.

Sortie des jardins, traversée en sens inverse du bazar, montée dans un taxi et retour à 36 15 mavietotalementbanale. Pour le reste de la journée nous avons donc comme d’habitude tenté d’occuper, nourrir, éduquer, faire jouer, faire dormir (ça a raté), re-faire jouer, re-sortir nos Beautés tout en gardant notre calme (ça a partiellement raté). Et au moment de les coucher nous sommes totalement épuisés en parents 100% normaux que nous sommes.

Aller, rendez-vous le week-end prochain pour de nouvelles découvertes.

 

DSC02019

 

10 Comments

  1. Plus de 12 ans déjà…mais c’est comme dans mes souvenirs (lesquels ont plus de chance d’être altérés par le temps que leurs pérennes objets…)
    Et si tu lèves le regard 15° au dessus de l’horizontale, tu aperçois par dessus le mur d’enceinte les buildings futuristes de la Chine du troisième millénaire.
    Gros bisous à tous les quatre de la part de papy tigre de métal

  2. Comment peux-tu penser nous lasser avec tes articles ou tes mots d’humeur sur la découverte de ta nouvelle vie ??? Surtout n’arrête pas !!!! Vie extraordinaire, rêvée ou ordinaire, on veut tout savoir et tout voir !!!!
    J’ai visité Pékin et Shanghai en l’an 2000 (du moins je crois, …moi et les dates !). .Je reconnais bien la vieille ville et ce jardin à Shanghai et je dois avoir a peu près le même photo du dragon. Et bien sûr j’ai aussi des dizaines de photos de bassins, de murs, toits pointus, et du reste …. Quels souvenirs pour les 2 Beautés !!!!
    Je viendrai bien sûr vous voir et pas seulement pour les jardins, les statues ou l’aquarium ….
    Bisousss au quatuor

    • Merci pour les encouragements. C’est que ce n’est pas facile de savoir comment les gens reçoivent mes billets s’ils ne m’en disent rien, alors frappe le doute de l’écrivain 🙂
      Bisous et à bientôt à SH !

  3. Hello hello from Paris city,
    Que de belles aventures.
    Merci pour ce généreux partage mais et la nourriture dans tout ça …..
    Les épices, les soupes, les plats : à quand les aventures culinaires?
    À très vite
    Anastasia 5 parfums!

    • Ca vient, ça vient, c’est que je ne sais plus où donner de la tête avec tout ce qu’on a à faire… Je note sur ma to-do-list un prochain billet sur la nourriture (excellente !).

  4. Surtout n’arrête pas, enfin si tu en as le temps, c’est super pour moi de découvrir l’Asie à travers tes récits et tes photos, je suis « accro ». J’adore aussi voir toutes ces (tes) beautés qui t’entourent (quelle chance tu as!); peux-tu de temps en temps les photographier de façon à ce que l’on voit leur frimousse ?
    Si toutefois tu avais l’occasion de chanter dans une chorale chinoise (est-ce que ça existe ?), je sens que là aussi nous aurions une belle page de commentaires !
    Plein de bisous à tous 4.

  5. Rassurez-vous sur vos billets, vos lecteurs en redemandent ! Et toutes vos tribulations sans exception sont intéressantes. C’est d’ailleurs très vrai que vous apprivoisez vos lecteurs à Shangaï, si ce n’est à la Chine.
    J’aurais bien voulu voir danser beauté blonde. Les 35 kms de trajet pour aller à l’école que Beauté Brune faisait ou fait encore (vous n’avez pas encore déménagé je crois ) depuis votre premier appartement m’ont fortement impressionnée. Quelle est (sera) la réduction kilométrique depuis votre nouvel appartement ? A ce propos la photo de celui-ci témoigne d’un éclairage soigné. Avez-vous dans le contrat échappé aux stipulations sur les spots ?
    Lumineusement vôtre
    Monique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soyez bons en calcul et validez votre commentaire :