Où aller voir de l’opéra chinois à Shanghai ?

Vous pensiez que ma petite marotte pour l’opéra chinois m’était passée ? Et bien non. Et quand je pense que la semaine dernière j’ai écouté 1h45 d’extraits d’opéra chinois non mis en scène, avec juste des chanteurs, un orchestre et un micro (bon, d’accord, c’était une erreur, je pensais que ce serait mis en scène) et que j’ai même relativement apprécié, je dirais même que mon cas s’aggrave. Je suis de toute façon obligée d’y retourner avec MonMeilleurMari : il s’est coltiné stoïquement les 1h45 de vocalises chinoises avant de craquer sans pouvoir prendre une seule des photos de costumes pour lesquelles il était venu, je lui dois bien ça… Alors maintenant que j’ai testé plusieurs hauts lieux de l’opéra chinois à Shanghai, je suis en mesure de vous faire un petit comparatif et de vous livrer ce qui d’après moi est le meilleur lieu de la ville pour y aller. Après ça vous n’aurez plus d’excuse pour ne pas vous y essayer, au moins une fois.

Des représentations sont organisées dans différents lieux, mais trois théâtres en proposent régulièrement et vous offrent trois ambiances totalement différentes :

Le Shanghai Oriental Art Center

GrandBondMilieu_Shanghai_Oriental_Art_CenterCe serait un peu l’équivalent de l’opéra Bastille à Paris : un grand théâtre moderne, architecturalement très intéressant et doté de deux grandes salles de spectacle dont l’une au moins peut accueillir à vue de nez entre 1500 et 2000 personnes. La programmation y est plutôt prestigieuse, avec des acteurs-chanteurs d’envergure nationale (voire internationale), et des moyens techniques intéressants pour la mise en scène (comme la projection en direct sur grand écran du spectacle). Et plus non négligeable, les sur-titres sont affichés en chinois et en anglais, ce qui permet de suivre parfaitement l’action et d’apprécier l’humour des pièces présentées.

Côté inconvénients, j’en vois principalement deux. D’abord la salle est immense, ce qui est parfait pour un orchestre philarmonique, mais finalement assez peu adapté à l’opéra chinois dont la mise en scène est par essence minimaliste (voir ici mon billet sur l’opéra chinois si vous l’avez raté). Du coup lorsqu’on n’est pas dans les premiers rangs (ce qui fut notre cas), les acteurs sont vraiment loin et sans la projection sur l’écran de gros plans des acteurs on raterait tout de l’expressivité de leur jeu. Ensuite, les photos y sont strictement interdites et les ouvreuses passent leur temps à venir mettre sous le nez des contrevenants un panneau lumineux les rappelant à l’ordre. Le résultat de tout ça est que l’ambiance y est assez proche de nos salles de spectacles occidentales : un peu compassée et coincée. On n’y sent pas la passion pour l’opéra qu’on peut sentir dans le public du Yifu Theater. Et pour ceux qui dépassent le mètre quatre-vingt, l’espace entre les sièges est vraiment tout petit : prévoyez des genoux ultra pliants.

Le Tianchan Yifu Theater

GrandBondMilieu_Tianchan_Yifu_TheaterLe Yifu c’est un peu l’institution de l’opéra chinois à Shanghai. Vous n’y trouverez que de l’opéra chinois au programme, dans de nombreuses variantes : opéra de Pékin, opéra Kunqu, opéra Shaoxin, opéra Pingtan notamment. Pas d’Opéra de Canton en revanche, il n’y a a priori pas de troupe à Shanghai. Le spectacle y est de grande qualité, la mise en scène classique (pas de décor autre qu’un rideau, rien ne doit distraire du jeu des acteurs, voir ici quelques extraits) et s’acheter un billet dans les premiers rangs permet d’apprécier la qualité jeu d’acteur. Le vrai plus selon moi de cette salle c’est son ambiance : y viennent de vrais amateurs d’opéra, qui ponctuent bruyamment d’onomatopée et d’applaudissements chaque moment intense ou belle performance vocale. Et vous pouvez prendre autant de photo que vous voulez, et même chanter en même temps que les acteurs, au Yifu le mot d’ordre c’est « sentez-vous comme chez vous ». Du coup, ici le spectacle est aussi dans la salle et participe totalement de l’expérience, très vivante.

Côté inconvénients, il n’y en a qu’un seul à mon sens : les surtitres ne sont projetés qu’en chinois, ce qui livre le spectateur non sinophone à lui-même pour la compréhension de l’action. Heureusement, grâce à l’expressivité des acteurs, à la nature même de l’opéra chinois (où le mime tient une bonne part) et à tout ce que je vous ai déjà expliqué dans ce précédent billet vous devriez arriver à comprendre le plus gros sans sur-titres. Avec tout ça vous aurez probablement compris que le Yifu est ma salle préférée pour voir de l’opéra chinois à Shanghai.

Le Lyceum Theater (ou Lanxin Theater)

GrandBondMilieu_Lyceum_Lanxin_theaterLe Lyceum Theater propose également régulièrement, quoique moins souvent que les deux précédents, des représentations d’opéra chinois. Au Lyceum, c’est tout le charme suranné de l’ancienne concession que l’on retrouve : moulures dorées, lustres anciens, balcon et sièges dans leur jus, on y fait un délicieux saut temporel. J’y ai assisté à une seule représentation (voir ici) qui m’a totalement emballée, grâce aussi à une mise en scène un peu plus « occidentale » avec jeux de lumière, décors, accessoires et tutti quanti.

Côté inconvénient : la salle est moins pleine et visiblement moins connaisseuse qu’au Yifu, l’ambiance y était donc moins dynamisante mais plus familiale (beaucoup de familles avec leurs enfants, même très petits). Cela nous a permis de nous installer au deuxième rang sans cérémonie et de nous en mettre plein les yeux. Comme au Yifu, les surtitres sont tout en chinois (ne pas hésiter à chercher un synopsis sur internet avant la représentation, ça peut tout de même aider). J’y retournerai volontiers si une pièce spécifique m’y intéresse, mais rien ne saurait désormais supplanter le Yifu dans mon coeur.

Bon, avec tout ça plus d’excuses : vous pouvez maintenant choisir facilement l’ambiance qui vous convient et partir à la rencontre de ce monument de la culture vivante chinoise. Je vous emmène ?

 

Acheter des places d’opéra chinois : sur le site culture.sh.cn (rubrique en anglais en cliquant sur les caractères 中文 à gauche de l’icone « chariot » sur la barre du haut). Prix de 50 à 580 RMB, ne pas hésiter à prendre de « bonnes places » (2ème ou 3ème catégorie) pour ne pas être trop loin de la scène.

Shanghai Oriental Art Center : 425 Dingxiang Road (proche Century Avenue, Pudong). Métro Shanghai Science and Technology Museum (L2).

Tianchan Yifu Theater : 701 Fuzhou Road (croisement Yunnan Middle Road). Métro People’s Square (L1, L2, L8).

Lyceum (Lanxin) Theater : 57 Maoming Road (croisement Changle Road). Métro South Shanxi Road (L1).

 

GrandBondMilieu_opera_chinois_shanghai

9 Comments

  1. Oui, 1h45 de « récital » c’est assez long… surtout sans le principal attrait pour moi que sont les costumes et les jeux de scène… Il va donc falloir que j’y retourne pour voir enfin cela!

    • Long, long, c’est très relatif tout ça… Surtout qu’on a visiblement vu de superstars de l’opéra vu l’accueil de la foule en délire 😉

  2. Je rentre de vacances et viens de lire tout ce que vous avez écrit depuis la mi-aout. Un régal. Et si vous suggériez à vos examinateurs, le 13 septembre, d’inclure, dans le fameux test que vous allez passer, un exercice de visionnage/compréhension d’un extrait d’opéra chinois ?

    • Ah oui, je vois ce que c’est : SuperSadique a un allié de taille maintenant… Mais quelle bonne idée Monique, je suis certaine qu’en rajoutant le chant je comprendrai encore mieux leurs questions tordues 😉

  3. Merci pour ce nouvel article sur l’opéra chinois ! J’ai pu voir mon premier à Hong Kong et même si la musique et les chants sont un peu déroutants pour une oreille européenne, j’ai adoré les costumes et les jeux de scène.

  4. Merci beaucoup pour cette synthèse de vos sentiments à l’égard de ces salles, cela donne envie d’y aller… d’ailleurs je compte m’y rendre sous peu. N’étant absolument pas sinophone, cela risque d’être un peu compliqué mais on va essayer !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soyez bons en calcul et validez votre commentaire :