Visite médicale obligatoire

 

Aucun étranger ne peut résider durablement sur le sol chinois sans avoir passé sa visite médicale obligatoire. Cela vaut pour ceux qui viennent y travailler ou y étudier. Patte blanche, toujours patte blanche.

En même temps, ils ne nous prennent pas en traitre puisque dès la demande de visa, même pour un bref passage touristique, il faut attester de notre bonne santé mentale et de notre exemption de maladies infectieuses type tuberculose, hépatite ou HIV. Alors on peut bien se douter qu’il leur faudra un peu plus qu’une déclaration sur l’honneur pour avoir le droit de s’installer. Donc, deuxième jour de notre petit saut à Shanghaï : rendez-vous à 9h pour notre examen médical obligatoire, à jeûn, sans même une tasse de thé pour se remplir l’estomac. A jeûn et avec sept heures de décalage dans les gencives, autant vous dire que je me suis déjà vue plus en forme…

Pas fraîche et un poil angoissée en plus. Des réminiscences de ma petite expérience d’administrée française, s’étant frottée à la CAF, la sécu, les impôts, la poste, la banque postale, les mairies, les hôpitaux, les préfectures, un PACS, un mariage, deux enfants, bref tout un tas de tracasseries et de complications administratives me mettait en état d’alerte orange eu égard à l’administratite subaiguë chronique dont je vous ai déjà parlé. Je me voyais déjà aux prises avec les affres kafkaïennes de fonctionnaires chinois non-anglophones et forcément revêches dans un décors stalinien décrépi.

Et bien non, n’ayez pas peur (comme disait si bien Jean-Paul II) : tout s’est remarquablement bien passé. D’abord le décor n’est pas stalinien du tout, on dirait plutôt une clinique privée, récente et bien propre (rien à voir avec la CAF ou un centre de sécu donc). On est accueilli par des hôtesses chinoises qui non seulement parlent anglais mais un anglais compréhensible (pas comme celui de la chef de cabine de China Eastern…), on paye son écôt (640 yuans par personne) et ensuite c’est parti pour un petit parcours ultra bien organisé :

  1. Vestiaire, on enlève son haut (et son soutien-gorge pour les dames), on enfile une veste genre kimono, on met ses affaires dans son casier et on file vers la pièce 101 avec notre petit dossier. 5 mn chrono.
  2. Piece 101, un manip radio anglophone nous attend et nous fait une radio des poumons et nous invite à nous rendre pièce 105. 3 mn chrono.
  3. Pièce 105, une infirmière nous invite à nous assoir pour une prise de sang. Petite faute d’aseptie, elle joue avec son iPhone avec les gants avec lesquels elle va nous piquer. Un bon coup de bétadine et on n’en parle plus, un pansement et direction la pièce 106. 3 mn chrono.
  4. Pièce 106, l’ophtalmo vérifie si on est daltonien, si nos lunettes sont à notre vue, nous demande de manière incompréhensible si on a des verres progressifs (enfin je crois que c’était ça la question), et direction la pièce 107. 2 mn chrono.
  5. Pièce 107, on passe derrière le paravent, on s’allonge, une écho rénale, on se rhabille et direction pièce 108. 4 mn chrono parce que j’ai lutté un peu avec les lanières de mon kimono.
  6. Pièce 108, on se rallonge et redéshabille, quelques pinces métalliques sur la cheville et les poignets (bref instant d’angoisse : vont-ils m’électrocuter pour tester ma résistance physique ?), trois ventouses sur la poitrine, électrocardiogramme et direction la pièce 109, 3 mn chrono (je m’améliore avec le kimono).
  7. Pièce 109, prise de tension (« normale ») et bref examen clinique des poumons et du coeur (« normal »), et c’est fini on peut retourner au vestiaire.
  8. Retour au point de départ et rhabillage. 6 mn (remettre le soutien-gorge c’est plus long que de l’enlever) et on est sortis.

Remise du dossier rempli et tamponné en rouge (les tampons sont ils toujours rouges en Chine ?) à l’accueil, et voilà une affaire rondement menée en 45 mn tout rond entre notre heure d’arrivée et notre heure de départ du centre. L’honnêteté m’oblige à préciser qu’a priori un rendez-vous à 9h vaut mieux qu’à 9h30 puisqu’à notre retour dans le hall une foule d’étrangers attendait son tour, laissant supposer un parcours de 101 à 109 un peu moins fluide et rapide que le nôtre.

Alors oui, de mauvais coucheurs à l’esprit bourgeois pourraient se demander ce qui autorise un état à nous soumettre ainsi à ces examens médicaux alors que nous seront pris en charge par des assurances médicales privées. Mais franchement, vous imaginez le même parcours fait par un étranger arrivant en France ? Allez, rappelez vous votre dernier passage aux urgences d’un hôpital public. Franchement, vous avez attendu combien de temps ? Hum ? Et elle était aimable l’infirmière ? Hum ? Bon, ben vous voyez, votre petite question n’arrivera pas à me gâcher le plaisir que mon passage à l’International Travel Medical Center se soit si bien passé…

Shanghai Medical Center

 

6 Comments

  1. Wouahhhh …. un nouvel article en direct live de Shanghaï, trop la classe :)))

    Suite à une récente et fort désagréable mésaventure moustiquesque, je te confirme que les urgences de la Pitié ne fournissent pas kimono et sont bien moins fluides. Mieux vaut tabler sur 6h d’attente, ça évite les déceptions. Gloups.

    Et je te confirme aussi qu’en Chine les tampons sont TOUJOURS rouges.
    Le rouge, ça veut dire « c’est officiel, sérieux et c’est validé ».
    Non mais. On rigole pas avec la tradition.

    Bisou de Paris et bon retour sous le soleil de printemps !
    Marie

  2. Ah…comme c’est bon de constater qu’il n’y a effectivement que notre jolie France qui nous donne ce si grand plaisir de découvrir toutes les fissures et craquelures des plinthes aux plafonds de nos hôpitaux comme nos administrations!!

  3. A lala je revis grâce à toi tout ce qu’à été ma visite médicale !
    Sauf que moi c’était à l’auuuutre bout de Beijing, tellement que nous y sommes allés en tuk-tuk oui en tuk-tuk !
    J’ai pas eu de kimono moi par contre ! Et tout comme toi j’ai eu trop peur lorsqu’on m’a mis toutes ces ventouses sur le corps !
    Merci tu m’as donné une idée d’article ! En tout cas je peux voir que tous les Français sont plus ou moins dans la même galère !

  4. J’ai découvert ton blog par hasard^^C’est très intéressant ce que tu as écrit là-dessus. Je suis un étudiant Chinois qui étudie en France depuis un an, auparavant, je savais pas qu’il fallait aussi un contrôle médical en Chine pour les étrangers, ça m’a fait découvrir des nouvelles choses de mon propre pays^^merci et bon séjour à Shanghai!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soyez bons en calcul et validez votre commentaire :