Les merveilleux fous courants sur la Grande Muraille

Dans la famille des gens qui courent vous avez ceux qui font un footing une fois de temps en temps pour se donner bonne conscience, vous avez ceux qui courent plus régulièrement mais modérément, et puis vous avez les autres. Les coureurs, les runners, les vrais. Ceux qui commencent par faire des courses de dix kilomètres, puis un semi-marathon et enfin des marathons. Et puis ceux aussi à qui ça ne suffit pas, qui font des 100 km à Millau et qui rêvent d’une Diagonale du Fou à la Réunion, et qui parfois finissent par faire un trail sur la Muraille de Chine, juste histoire de changer de paysage et de vivre une expérience hors norme. Mon père et ma belle-mère font partie de ces merveilleux fous courants qu’aucun défi sportif ne semble effrayer et qui sont (presque) toujours au rendez-vous à l’arrivée.

Et cette fois encore ils l’ont fait, l’un en courant et l’autre en marchant, ils ont affronté le relief impitoyable de la muraille et leurs t-shirts – rouges évidemment – le clament : ils sont des « finishers » du 15ème trail de la Muraille de Chine. Ce parcours, ils vous en parlent avec des étoiles dans les yeux malgré les jambes fatiguées, les dénivelés déments, les marches traîtresses, les kilomètres interminables, la météo variable. Ils ne vous parlent que des paysages à couper le souffle, du privilège d’avoir couru sur ces portions fermées au public, de l’ambiance extraordinaire du groupe, du fait que tout le monde aie terminé et sans blessures. Et moi qui les admire depuis des années tout en me disant qu’ils sont dingues, en voyant les photos de leur périple j’en aurais presque les jambes qui démangent de me mettre à l’entraînement.

Et puis je me rappelle que mon coeur explose à 180 pulsations/mn rien qu’en montant quatre étages et qu’avec une pente à 1% je courre déjà plus lentement que je ne marche. Bref, mes yeux voudraient bien mais mon corps ne peut pas, pas plus que ma tête, alors je me contente de les écouter parler en regardant leurs photos, et surtout je profite d’eux au maximum puisqu’ils ont poussé jusqu’à Shanghai après leur exploit pour venir nous voir. Je n’ai jamais autant aimé leur passion pour la course que cette année. Encore, encore des courses folles en Chine, encore des visites dans notre bout du monde !

Alors pour ceux de nos amis qui ne sont pas encore venus nous voir, je rappelle que 1) il y a plein de trucs super à voir et à faire à Shanghai et que je suis en train de devenir une guide touristique de classe internationale, et que 2) le trail se refera en 2016 et que c’est une occasion unique pour se galber les mollets. Alors, il y en a que ça tente ?

 

Photos : photographe officiel du 10ème trail de la Muraille de Chine.

Trail de la muraille de Chine : programme ici

GrandBondMilieu_GrandeMuraille_trail

 

13 Comments

    • T’as le lien en bas, mais rien que de t’imaginer en train de marcher là-dessus (oublions tout de suite le courir) je te revois râlant pendant les marches d’approches et j’ai des accès d’hilarité 😉

      • Pfff … môa en train de râler ????
        Tu dois confondre avec une autre copine 🙂

        En fait, je connais bien la Grande Muraille et figure-toi que j’ai déjà couru dessus. Oui, madame.
        Bon, le contexte était un peu différent : on était coursé par les paysans locaux qui voulaient nous
        racketter. Du coup ça motive. Mouahaha :)))
        Bisous. Marie

    • Alors là, si vous le faites vraiment je ne vais pas en revenir ! Commencez déjà par la remise en forme de ce week-end et je verrai si j’essaie de mon côté 😉

  1. Très bel article! j’applaudis des deux mains avec enthousiasme!
    Et apparemment, tu fais des émules…Bienvenus à eux parmi les fous…
    Tiens, j’en ai encore des frissons en revoyant ta sélection de photos à 4 du mat (décalage horaire oblige)…Et nous allons prolonger notre état extatique encore quelques temps en construisant les albums photo
    l’hyper nature avec la Grande Muraille, l’hyper modernisme de Shanghai, l’hyper plaisir de passer quelques « trop courtes mais si denses » journées avec vous 4, c’était trop génial trop « d’la balle »

    Bisous

    PS C’était la 15 ème édition

    • Trop d’la balle (et trop court), c’est tout à fait ça ! Et maintenant zou au dodo pour essayer de se recaler au bon horaire 😉
      Bisous !

  2. Merci pour cet excellent article, c’est vrai nous ne sommes pas encore descendu de notre petit nuage
    Bisous à tous les 4

    Lyne

    • Mais de rien, il ne vous reste plus qu’à tenter le marathon de la Grande Muraille maintenant (le truc pour les fous encore plus fous que vous ! 😉 ).

  3. Tara, il ne faut jamais désespérer : j’ai toujours détesté ne serait-ce que l’idée de la course à pieds et m’y suis mise il y a deux mois ( enfin, à la marche-course), j’y trouve même un certain plaisir.
    http://unefilleenchine.com/courir-pour-les-nuls-1/

    Mais le marathon de la muraille, je le laisse à mon mari ! Super idée pour l’an prochain !

    J’ai un souvenir terrible de la marche Qingchanglin-Sumatai avec un groupe de copains lors de nos années pékinoises, j’ai cru ne jamais la finir (malgré le piknik vin rouge saucisson à mi-chemin)

    • Ouuuuuuh mais c’est que ça donnerait presque envie cette idée de se mettre à la course sans aucune douleur ni sensation pénible 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soyez bons en calcul et validez votre commentaire :