Première journée à Hong Kong : un visa et du tourisme

24h après mon fastidieux voyage vers Hong Kong je ne peux vous laisser dans l’incertitude et ne pas vous narrer cette première journée.

A commencer par le dépôt de ma demande de visa, puisque c’est là l’objet premier de ma présence ici. Après plusieurs jours d’angoisses épuisantes, mon niveau d’hystérie intérieure (et extérieure) est retombé à zéro à l’instant où mon dossier a été recueilli par la préposée du centre des visas. Tous mes documents étaient en ordre, il ne manquait que deux photocopies que j’ai fait sur place et mon passeport est maintenant entre les mains bienveillantes de l’administration chinoise. Je le récupérerai jeudi matin avec mon précieux visa Z et je n’imagine plus rien qui pourrait empêcher que tout se déroule parfaitement.

En terme d’organisation administrative, on peut en tout cas reconnaître ça aux chinois : ils ont atteint un niveau d’efficience que nous pouvons vraiment leur envier. Lorsque je suis arrivée à 8h40 au centre des visas, quatre-vingt à cent personnes attendaient déjà de pouvoir déposer leur demande. En France ça m’aurait pris toute la matinée pour que vienne mon tour, mais ici il n’aura fallu qu’une heure et dix minutes (soit 50 mn après l’ouverture) pour entrer à mon tour, faire les photocopies nécessaires et déposer mon dossier. Ils traitent 10 à 15 dossiers toutes les 10 minutes dans des locaux impeccables, calmes et d’excellent standing. Peut-être nos fonctionnaires de police pourraient-ils venir faire un petit stage ici…

Alors oui, reste le mystère de l’interdiction pour les français (mais aussi les autrichiens, les tchèques, les danois, les estoniens, finlandais, allemands, grecs, islandais, luxembourgeois, hollandais, norvégiens, espagnols, portugais, suédois et suisses) de déposer une demande express et de récupérer leur visa le lendemain alors que les américains ou les pakistanais le peuvent (je dis pakistanais parce que le monsieur qui était devant moi dans la queue était justement pakistanais). Qu’a donc fait la France au gouvernement chinois que n’a pas fait le Pakistan ? Les nationalités concernées par cette exclusion évoquent l’espace Shenghen, mais en quoi la libre circulation des étrangers dans ces pays condamnerait-il leurs ressortissants à patienter pour un visa chinois, le rapport n’est pas clair… Peut-être faut il simplement ne pas chercher à comprendre et accepter une part d’arbitraire. Dans la queue un anglais résumait ainsi les choses à un américain paniqué à l’idée de ne pas avoir son visa le lendemain : « well, you know, it’s China ». Mais même cet arbitraire ne saurait me détourner de ma joie et mon soulagement d’avoir pu déposer mon dossier sans encombres. Jeudi je rentrerai en « Mainland China » munie de mon visa Z : hip hip hip hourra !

C’est donc toute légère et guillerette que j’ai pu me consacrer dès 10h du matin à découvrir Hong Kong (puisque mes souvenirs d’enfance étaient trop flous pour pouvoir parler de re-découverte). Après une promenade dans le vieux Wan Chai et ses pittoresques rues commerçantes, je me suis dirigée à pied vers le pic Victoria et son antique (et vertigineux) tramway. Tracté par un câble sur une pente qui avoisine parfois les 45°, ce tram nous dépose au point culminant de Hong Kong Island, nous offrant une vue époustouflante sur la baie et Kowloon. On peut ensuite soit redescendre en tramway (mais compte tenu du terrain abrupt on reste dos à la pente) soit choisir de faire la descente à pied par les sentiers piétons du Central Green Trail. Quarante minutes d’une promenade agréable et solitaire dans la forêt tropicale, à deviner les immeubles juste derrière tout en profitant du calme paisible des frondaisons, et qui font de surcroît merveilleusement travailler les quadriceps. On aurait vraiment tort de se priver de la découverte de ce chemin que certains courageux empruntent à la montée.

En traversant le quartier de Central je suis tombée sur une manifestation, dont je n’ai pu comprendre si elle exprimait des opinions pro-démocratie ou anti-occupy-central. Quoi qu’il en soit les forces de police étaient très mobilisées, les journalistes aux premières loges et les curieux très attentifs. Dans Connaught road, la circulation est toujours coupée, les tentes installées mais la démobilisation semble se faire sentir (à moins qu’ils n’aient tous été à la manifestation ?). J’ai ensuite traversé l’avenue pour me rendre au terminal des ferrys et faire la traversée vers Kowloon à bord de l’antique Shining Star. Une promenade sur le bord de mer pour profiter de la vue magnifique sur Hong Kong Island, une très intéressante visite au musée d’histoire de Hong Kong et il était grand temps de rentrer me reposer : mes jambes et mes pieds ne me portaient plus.

A demain pour la suite ?

 

DSC02364

5 Comments

  1. C’est beau la technique; Je craignais de rester quatre longs jours sans nouvelles et donc dans l’angoisse d’une potentielle galère administrative. Bon, de ce coté là, ça a l’air de rouler, je suis rassuré!
    Et les jardins du baume du tigre? Existent ils toujours?
    Tu sais quoi, mon dernier séjour à HK remonte à 1986 avec Lebrun…Hou…!

    Bisous

  2. Ouh Lebrun, ouuuuuh l’éternité derrière nous 🙂
    Je n’ai vu aucune trace des jardins du Baume du Tigre dans mon guide (c’est pourtant un des rares trucs que je me rappelle avoir visité à HK avec vous et j’y serai volontiers retourné en pélèrinage). Tant pis pour les scènes des enfers en 3D et colorama, elles doivent être quelque part dans les reliques de l’histoire… Mais j’irai demain voir le grand Bouddha de Lantau (que je plaçais dans mon souvenir à Taïwan, comme quoi une mémoire d’enfant peut être légèrement fantaisiste…).
    Bisous !

  3. Oui ben on voit qu’il y en a qui passe une semaine a se la couler douce a visiter des temples et a aller a l’opéra pendant que d’autres travaillent et gardent les enfants…. Pffffffffffffff. Les stages de rééducation n’ont vraiment pas fonctione!

  4. Je suis soulagée de savoir que ton dossier soit accepté , enfin !!!!!! Profite, maintenant que ton esprit est libéré!!

    Plus de jardins du Baume du Tigre ???? Ça fait mal aux souvenirs et fait toucher du doigt le temps qui passe …
    Pense à moi devant le grand Bouddha de Lantau. Merci d’avance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soyez bons en calcul et validez votre commentaire :