Tulou du Fujian

J’ai pris tellement de retard par ici que je ne sais plus par quel bout commencer ni si je dois commencer par du très très réchauffé (comme la fin de notre voyage au Yunnan qui date de décembre dernier) ou du juste un peu réchauffé (comme ce week-end prolongé qui ne date que de quelques mois). Je me laisse tenter par les Tulou du Fujian, dont quelques photos avaient suffit à me donner une folle envie d’aller les voir de mes yeux, sans avoir la moindre idée à l’époque de leur accessibilité où de l’endroit où elles se trouvaient. « Elles » car les tulou – littéralement les maisons en terre – sont de grandes habitations communautaires en terre battue des populations Hakka. Typiques de cette région, les plus remarquables d’entre elles sont désormais classées au patrimoine mondial de l’Unesco.

La légende raconte que les Tulou ont été « découverts » par la CIA : la Chine était alors observée à la loupe via des photos satellite, et vues du ciel ces maisons Hakka, souvent regroupées dans des villages, ressemblaient étrangement à des bases de missiles. J’aurais donné cher pour voir la tête de l’agent de la CIA dépêché sur place déboulant au milieu des poules et des cochons dans ces cours pavées et n’y trouvant en fait de missile qu’un grand bazar agricole et de biens paisibles paysans. Le contre-espionnage y a un peu perdu en dignité mais l’humanité a pu prendre connaissance d’un nouveau site remarquable.

Ces maisons de plusieurs étages – sans quoi on ne peut les appeler tulou – sont constituée d’une grande enceinte défensive, de forme carrée, ronde ou plus exceptionnellement ovale, avec de petites fenêtres très en hauteur et généralement une seule porte d’entrée. Les habitations sont ouvertes vers l’intérieur et donnent sur les coursives des étages ; les cuisines et les espaces communautaires (temples ou salles des fêtes) sont situés quant à eux au rez-de-chaussée. Il existe encore actuellement environ 600 tulou dans la région, chacun appartenant traditionnellement à la famille qui l’a construite et chaque habitant étant donc un parent plus ou moins lointain de ses voisins. Nombre de ces tulou sont encore habités même si l’exode rural tend à les dépeupler progressivement. Quant à vendre les habitations « à la découpe », il n’y faut pas songer : les nouveaux habitants doivent être cooptés à défaut d’appartenir à la famille, et les conditions rudimentaires de vie attirent peu de candidats.

La région Hakka n’est qu’à trois ou quatre heures de routes de Xiamen, il est donc tout à fait possible d’effectuer l’aller-retour dans la journée depuis cette ville et de voir quelques uns des Tulou les plus emblématiques : Tianluokeng et ses cinq tulou groupés, Yuchanglou le plus ancien et Chengqilou le gigantesque « king of tulou ».

Au-delà de cette première journée nous avons choisi de pousser un peu plus loin dans la région et de dormir dans un tulou du village de Chuxi faisant désormais « chambre d’hôtes ». Le confort y est assez rudimentaire, même si une salle d’eau et toilettes attenantes ont été installée. J’ai trouvé pour ma part que la magie du lieu, la qualité du silence et du calme qu’on y trouvait valait largement une literie un peu raide, un petit matin froid et un petit déjeuner chinois. L’honnêteté m’oblige à vous dire que MonMeilleurMari qui n’a pas mes souvenirs d’enfance de camping sauvage en bord de torrent a trouvé ça légèrement moins enchanteur. Ce qui a mis tout le monde d’accord fut de découvrir au petit matin et dans la brume le village où nous dormions et de visiter l’un des tulou que j’ai préférés : celui de la famille Zhang aux multiples échelles. Multiples et même nombreuses parce que de sérieuses disputes entre les frères de la famille (17 ? 18 ? quelque chose comme ça) les a poussés à construire chacun leur échelle pour ne pas se voir interdire l’accès aux étages par les autres. Comme quoi vie familiale communautaire ne rime pas toujours avec entente idyllique, ça devait swinger sec chez les Zhang… Il en reste aujourd’hui un tulou magique, transformé en musée et si peu fréquenté que nous y étions absolument seuls durant tout le temps de notre visite.

Nous avons repris la route pour Xiamen enchantés de notre découverte, encore sous le charme de cette région rurale et relativement préservée. Bref, vous l’aurez peut-être compris, ces deux jours dans la région resteront parmi mes plus beaux souvenirs de Chine, alors à l’idée d’un week-end dans le Fujian je dis oui et deux fois oui !

 

Pour visiter les tulou : vous pouvez contacter Sarah Chen, guide anglophone, pour organiser une visite dans la région à partir de Xiamen. sarahchen09(at)hotmail.com.

Bon à savoir : en visitant les tulou sur deux jours il est possible d’être de retour sur Xiamen en milieu voire en début d’après-midi et de reprendre un vol de retour dans la foulée.

Crédit photos : elles sont plus belles que d’habitude, elles sont donc principalement de MMM.

 

11 Comments

    • Merci, comparées aux miennes ses photos sont à faire pâlir d’envie, alors je les pique sans vergogne (mais avec sa permission tout de même 😉 ).
      Bonne journée à toi !

  1. J’aurais adoré moi aussi dormir dans ce Tulou. Je trouve ça juste incroyable, magnifique, là encore le temps et la modernité n’ont pas eu de prise… ce que je trouve plutôt bien. Je connais bien aussi le « camping sauvage » et puis pour une nuit on dormirait n’importe où, surtout pour une découverte comme celle-ci. Je n’en avais jamais entendu parler ni jamais vus sur aucune revue (il est vrai que mon abonnement à Grands Reportages a cessé depuis X années). Les enfants n’ont pas du s’ennuyer dans ces maisons si particulières. Quels souvenirs fabuleux pour eux !

    • C’est vrai que c’est un mode de vie assez hors du temps… Dans le village où nous avons dormi on aurait pu se croire dans les années 50 ou 60 sans difficulté. Quant aux enfants, je pense qu’ils réaliseront le côté exceptionnel de l’expérience plus tard, même si ça les a amusé de dormir dans une chambre aussi bizarre 😉

  2. Les photos de MMM sont extraordinaires! Vous vous faites rare ces temps ci… mais ce billet sublime fait pardonner toutes vos absences!
    Pour notre part, nous n’avons malheureusement pas eu l’occasion de decouvrir les Tulou du Fujian… Vous me le faites beaucoup regretter…

    • Oui, vous avez remarqué (la qualité des photos comme ma rareté dans les parages). Que dire ? Je vais essayer de faire mieux (en présence, pour les photos j’ai jeté l’éponge il y a belle lurette).
      Quant au tulou, peut-être n’est-il pas trop tard, un Bangkok-Xiamen je suis sûre que ça se tente 😉

  3. Merci Tara pour ce retour sur une de mes régions préférées, voire ma préférée de Chine et pour les superbes photos de MMM …..en plus nous avons dormi dans le même tulou et j ‘avais adoré également la visite de Chuxi au petit matin ainsi que celle du musée…

    • Merci Mme C, c’est effectivement assez magique comme lieu. Et d’un seul coup j’ai un doute : village de Chuxi ou de Taxia, ma mémoire défaille, il va falloir que je me penche sur la question pour ne pas induire les gens en erreur.

    • Vous aviez raison, il s’agit bien Chuxi, même si nous sommes également passés à Taxia, également fort joli comme village mais où nous n’avons pas dormi 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soyez bons en calcul et validez votre commentaire :