Mais oui, mais oui, l’école est finie !

Et bien voilà, de rentrée houleuse en petites crises, d’aménagements en améliorations, d’apprentissages divers en début de bi- ou trilinguisme, dix mois plus tard nous voici enfin arrivés à bon port à la fin de l’année scolaire. Plus d’école pour Beauté Blonde, plus d’école pour Beauté Brune et encore mieux : plus de cours de chinois pour moi dans les deux mois qui viennent. De quoi me donner envie de danser frénétiquement en scandant des youyous après cette longue année d’adaptation.

Car cette année scolaire a été particulièrement intense pour nous tous. Pour Beauté Blonde d’abord, qui faisait sa première entrée à l’école quand en France on aurait tout juste songé à le mettre en crèche. Une vraie école avec uniforme, enseignement en anglais, en chinois et avec son paquet de couches parce qu’ils savent bien que demander à un enfant de deux ans d’être propre pour entrer à l’école ça n’a aucun sens. Et ça tombe bien parce que si Beauté Blonde adore enlever sa couche dix fois par jour ce n’est pas pour s’intéresser à son pot mais uniquement pour jouer avec une partie de son anatomie que la pudeur m’empêche de nommer ici. En tout cas, s’il y en a un qui s’est montré ravi d’aller à l’école cette année c’est bien lui. Et le résultat des courses c’est qu’il s’est mis à parler dans les trois langues, avec une nette préférence pour le français, le cocorico est sauf. L’année prochaine on resigne pour son école bilingue pour lui épargner les longs trajets jusqu’au LFS et lui permettre de consolider son anglais. Et aussi parce qu’il est trop mignon en uniforme, même si pour lui mettre je vais devoir continuer mes entraînements de catch.

Pour Beauté Brune ensuite, dont les difficultés d’adaptation nous auront tous mis à rude épreuve durant des mois. Grâce à la finesse, la patience et l’intelligence de ses maîtresses (et aussi au fait que ses parents sont des super-héros) il aura finalement réussi à mener sa barque à bon port en fin d’année et à être enfin heureux à l’école. Reste que notre aîné se manie parfois avec autant de précautions qu’un camion du Salaire de la peur… On se l’était dit très tôt, mais maintenant c’est limpide : Beauté Brune est unique. Tellement unique qu’il ne fonctionne (vraiment) pas comme les autres. Lorsqu’il joue les Stephen Hawkins en culotte courte ça nous gonfle d’orgueil, quand il négocie et demande des explications sur tout ça nous gonfle tout court, et quand il est le seul enfant à refuser de tout son être de participer au spectacle de fin d’année c’est mon cœur à moi se gonfle et devient trop gros. Mais bon an plutôt que mal an il a bouclé son année et rentrera en CP bilingue avec ses copains à la rentrée. Et on espère avec le sourire cette fois ci.

Pour moi ensuite, pour qui l’arrivée ici a rimé avec la découverte du mandarin. Sa découverte, et la lutte pour parvenir à apprendre trois mots, et les moments de découragement, et ceux de remotivation, et d’exaspération parfois. Bref, mon apprentissage du mandarin aura souvent flirté avec la bipolarité mais en cette fin d’année je commence enfin à me débrouiller et à pouvoir communiquer sur des choses simples. Et surtout j’ai enfin atteint le niveau où mes nouvelles acquisitions peuvent se raccrocher aux précédentes et où je n’ai plus l’impression de planter des géraniums isolés dans le désert de mon cerveau. Me voilà donc en ce lendemain de dernier cours de l’année prête à réviser cet été et à me remettre à l’apprentissage des caractères, et ce d’autant que n’écoutant que mon masochisme j’ai décidé de m’inscrire au test HSK2 à la rentrée. Un nouveau diplôme dans une langue affreusement difficile et qui ne me servira jamais professionnellement, comment pouvais-je résister à ça ?

Enfin pour MonMeilleurMari, qui lui aussi a affronté les affres de l’apprentissage du mandarin mais en parallèle d’une activité à temps plein et de toutes les interruptions liées à ses déplacements professionnels, ainsi que l’exotisme de travailler au quotidien avec des chinois. Sauf qu’il est le seul de nous trois à ne pas se caler sur le rythme scolaire et à continuer vaillamment ses cours. J’ai bien essayé de le motiver à passer le HSK lui aussi mais pour une raison qui m’a quelque peu échappé il s’est contenté de ricaner en se tapotant la tempe avec le doigt. On a beau vivre ensemble depuis bientôt neuf ans, parfois ses raisons m’échappent.

Comme une absurdité ne vient jamais seule me voici déjà en train de chantonner Donne moi la main, et prend la mienne, la cloche a sonné, ça signifie, la rue est à nous… Ha ! Vivement septembre que je puisse entonner en contrepoint et en canon Qui a eu cette idée folle un jour d’inventer l’école ? C’est ce sacré Charlemagne, sacré Charlemagne…

 

GrandBondMilieu_Ecole_finie

 

8 Comments

  1. J’adore! vos écrits, votre lucidité et votre humour!
    La perspective d’une expatriation à Shanghai se confirme pour nous… je commence donc cette phase de recherche et lecture sur le web… j’ai adoré votre article sur les surfaces d’appartements…
    merci pour ces partages… je poursuis mon enquête et commence ma quête… ecole, appart et même un job pour moi…

    • Merci, un message qui commence par « j’adore » ça fait toujours du bien 😉
      Et presque bienvenue à Shanghai donc !

  2. Moi aussi, j’adore tes écrits. Bravo à tous les membres de ma bande des 4 préférée pour avoir pris la décision de vivre autrement et loin (….mais loin ) , d’avoir vécu et surmonté beaucoup d’obstacles de tous ordres, d’avoir surmonté les coups de blues de tout expatrié digne de ce nom !!!!
    Bravo et bienvenue pour des vacances « au pays » : famille, amis, excellente bouffe, produits rêvés …. et quelques grèves surprises vous attendent !

  3. Et pour ma part je craque pour les progrès de votre pépinière de géraniums mentaux ! Dites-moi vos coups de cafards finissent en feux d’artifice !

    Salut enthousiaste d’une lectrice passagèrement essoufflée qui peinote à suivre le rythme de vos billets. Mais quelle récré !

    • Moi qui n’ai pas du tout les mains vertes, vous imaginez comme je transpire sur la question…
      Pour le rythme ne vous inquiétez pas : les vacances arrivent, je vais sûrement lever le pied et vous aurez le temps de rattraper votre retard 😉

    • C’est surtout MMM qui est courageux, c’est lui qui travaille à temps plein (moi seulement à temps partiel pour l’instant…) Mais même comme ça effectivement va s’auto-congratuler et se dire qu’on est courageux, vive nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soyez bons en calcul et validez votre commentaire :